La référence des professionnels
des communications et du design

Guy Crevier: "Il reste cinq semaines pour sauver La Presse"

Guy Crevier, président et éditeur de La Presse

Guy Crevier, président et éditeur du quotidien La Presse, est revenu dans l'édition d'hier sur les négociations actuelles entre la direction et le syndicat des employés.

Dans une lettre aux lecteurs intitulée Des offres raisonnables et responsables, il souligne le contexte économique touchant les médias canadiens, qui font notamment face à "une chute brutale des revenus publicitaires". À cinq semaines de l'échéance fixée pour en arriver à une entente, il mentionne les efforts de la direction pour diminuer et alléger les impacts sur les employés advenant de possibles changements.

Rappelons qu'à la suite de plusieurs semaines de négociations, La Presse suspendra sa publication si aucune entente ne survient d'ici le 1er décembre. Selon le président, les changements apportés ne se présentent pas comme une option, mais plutôt comme une nécessité.

Parmi les éléments proposés, on retrouve le passage de la semaine de quatre jours à un horaire sur cinq jours, une intégration des activités de Cyberpresse et de La Presse, un gel des salaires pour trois ans et une abolition de la fonction d'aide-distributeur.

"Il reste seulement cinq semaines pour sauver La Presse. Plus nous approchons de l'échéance, plus les risques sont élevés. Les solutions existent. Mais nous n'y arriverons pas qu'avec l'appui et la contribution de ceux qui font de La Presse un élément essentiel de la démographie québécoise", conclut Guy Crevier.

comments powered by Disqus