La référence des professionnels
des communications et du design

Changements au Groupe Les Affaires: "Un terrain de jeu plus grand"

Stéphane Lavallée, vice-président, solutions d'affaires, de Médias Transcontinental et éditeur du Groupe Les Affaires

Stéphane Lavallée, vice-président, solutions d'affaires, de Médias Transcontinental, explique la modification en profondeur du Groupe Les Affaires, qui entraînera entre autres un changement radical pour le magazine Commerce.

Quels sont les changements réalisés au sein du Groupe Les Affaires?
Nous avons intégré la gestion des contenus dans une seule unité. Plutôt que d'avoir un rédacteur en chef par produit ou par site web, nous avons un rédacteur en chef pour le Groupe Les Affaires, en la personne de Claude Beauregard, ainsi que six directeurs de contenu. L'ancienne structure comportait quatre rédacteurs en chef, un directeur de l'information et des adjoints. Certains des directeurs de contenu sont aussi chefs de produits ou de publications. Par exemple, Yannick Clérouin est directeur de contenu et chef de la publication Les Affaires; Daniel Germain, directeur de contenu et chef de la publication Affaires Plus; et Stéphane Labrèche, directeur de contenu et chef du site LesAffaires.com.

Quels en sont les avantages?
Progressivement, on veut que nos journalistes aient plus de possibilités. Nous leur offrons un terrain de jeu plus grand. Si un journaliste veut écrire à la fois pour Les Affaires et les magazines, ça devient plus facile. Au lieu de passer d'un rédacteur en chef à un autre, les journalistes sont associés à un directeur de contenu qui a une vision plus globale des produits. Cette gestion en réseau favorise donc le développement professionnel sur toutes les plateformes et une meilleure utilisation des ressources.

Des changements sont également apportés à Commerce?
Nous croyons que dans les circonstances actuelles, c'est le bon moment pour une refonte majeure du magazine. Depuis deux ans, le journal Les Affaires a évolué plus près d'une formule magazine, ce qui se confirme de numéro en numéro. La démarcation entre ce que font Les Affaires et Commerce est devenue moins claire. Ce dernier doit donc être poussé à un nouveau niveau d'information. À terme, nous aurons sûrement moins d'exemplaires de Commerce en circulation. Mais nous comptons mieux cibler à l'intérieur de notre marché et avoir une qualification plus importante de notre lectorat. 

À quand la première parution du nouveau Commerce?
Elle paraîtra au début de 2010. Tous les détails seront annoncés dans un mois. Nous apporterons aussi des changements aux publications Les Affaires et Affaires Plus au cours des prochains mois.

comments powered by Disqus