La référence des professionnels
des communications et du design

Controverse à l'Île-des-Soeurs

Cliquez ici pour voir toutes les photos

L'aménagement architectural du carrefour giratoire de l'Île-des-Soeurs réalisé par le consortium Atelier In Situ et Vlan paysages sera démantelé. La décision aurait été prise à la suite de commentaires de citoyens au sujet de l'esthétique du projet et de la sécurité routière du lieu.

Cette annonce a été énormément critiquée dans le milieu du design, mais également dans la presse écrite. Nathalie Petrowski en a notamment fait le sujet d'une chronique: "Je doute que celui à qui l'Île-des-Soeurs doit trois tours et une magnifique station-service Esso (Mies van der Rohe) aurait été d'accord pour que, à peine six mois après son installation, les autorités démantèlent l'oeuvre sous prétexte qu'elle heurte le bon goût de certains."

Le projet, nommé "Milieu humide", est un dispositif écologique, construit et vivant, qui réagit à son environnement et se métamorphose. Il souhaite souligner le caractère insulaire de l'Île-des-Soeurs par l'installation de tiges artificielles et naturelles (de deux à cinq mètres) rappelant les massifs de roseaux.

Les tiges, qui supportent bollards, luminaires solaires, pellicules réfléchissantes, phosphorescentes et brumisateurs, utilisent l'énergie environnante (éolienne, solaire, de la pluie ou des phares des véhicules). Les plantes indigènes employées possèdent des propriétés filtrantes et sont résistantes aux conditions du site. 

In Situ et Vlan sont consternés par le démantèlement prochain de leur oeuvre. "Montréal est désignée Ville Unesco de design depuis 2006 et elle s'est dotée, lors du Rendez-vous Montréal, métropole culturelle, conjointement avec les gouvernements du Québec et du Canada, le milieu culturel et celui des affaires, d'un plan d'action visant à promouvoir l'excellence en design et en architecture. Elle rejoint avec ces engagements et initiatives, des villes comme Londres, Copenhague, New York et St-Étienne, qui font du design novateur et de qualité une priorité. Il est impensable, dans cette optique, alors que la qualité du design est un enjeu économique important pour les villes qui se veulent compétitives sur le plan international, de démanteler une installation primée. De plus, Montréal souhaite combler un retard important en matière d'art public. Dans ce contexte, étant donné l'argent et l'énergie investis, le démantèlement de Milieu humide semble contradictoire."

Le projet est issu d'un concours pancanadien organisé par l'arrondissement en 2006. Il a été construit avec un budget de 390 000$.

comments powered by Disqus