La référence des professionnels
des communications et du design

La radiodiffusion privée se porte bien

Pour lire l'étude, cliquez sur l'image

Statistique Canada vient de publier une étude qui dresse le portrait du secteur de la radiodiffusion privée pour 2008: des bénéfices en hausse (meilleurs pour les radios anglophones) et une concentration de l'exploitation.

Les recettes d'exploitation des radiodiffuseurs privés ont augmenté de 5,6% en 2008 pour atteindre un total de 1,6 milliard$. Leurs bénéfices avant intérêts et impôts ont, eux, crû de 12,2% pour totaliser 336,5 millions$. La marge bénéficiaire avant intérêts et impôts a dépassé 15% par an depuis 10 ans.

On note que les grandes entreprises exploitent de plus en plus de stations pour concurrencer les autres médias en améliorant l'offre aux annonceurs et contrôler davantage leurs dépenses grâce aux économies d'échelle qu'apporte l'exploitation de plusieurs stations sur un même marché. C'est dans les grands marchés que la radio est la plus rentable. En 2008, sa marge bénéficiaire avant intérêts et impôts était de 25,4% par rapport à 19,1% dans les marchés de taille moyenne et de 15,6% dans les petits.

Également, l'industrie effectue depuis le début des années 90 un transfert graduel de stations de la bande AM à la bande FM. La radio FM est l'un des médias traditionnels les plus lucratifs. Sa marge bénéficiaire avant intérêts et impôts en 2008 (24,5%) a été plus élevée que celles de la télévision spécialisée (23,6%), de la télé payante (22,3%) et, surtout, de la télévision traditionnelle privée (0,2%).

Le rendement des stations de radio a varié considérablement selon la langue de diffusion. Les stations anglophones ont enregistré en 2008 la marge bénéficiaire avant intérêts et impôts la plus élevée (23%), suivies des stations francophones (13,8%) et de celles d'autres langues (4,2%). Ce classement demeure inchangé depuis 1998.

Les statistiques ne tiennent pas compte du ralentissement économique amorcé dans les derniers mois de 2008.

comments powered by Disqus