La référence des professionnels
des communications et du design

Carle Coppens revient sur les Lions de Cannes

Carle Coppens, directeur de création de BCP

Infopresse a demandé à Carle Coppens, directeur de création de BCP, présent lors du dernier Festival international de la publicité de Cannes, son analyse de la grand-messe mondiale de la pub. 

"Vous l'avez entendu: -40% d'inscriptions au Festival des Lions de Cannes cette année. Des efforts consentis jusque dans les derniers instants par le comité organisateur pour proposer vols et hôtels à prix réduits. Des «shortlists» extramaigres. Après l'opulence des dernières années, voici venue l'ère de la prise de conscience.

"Mais quel est donc le rôle de la pub en temps de crise? Pousser des consommateurs criblés de dettes à s'enfoncer encore plus? Se faire discrète alors que sur toutes les tribunes, analystes et économistes répètent qu'il n'y aura pas de véritable relance sans une reprise de la consommation des ménages? Plus que jamais, la publicité paraît à l'étroit dans son rôle traditionnel de porte-voix des marques.

"À Cannes, cette année, pour faire face à la crise, la pub s'est donné une éthique. Le Grand Prix RP, Cyber et Direct: une offre d'emploi! Que ce soit en tant que gardien d'une île paradisiaque du Queensland n'y change rien. L'on parle d'un contrat temporaire de six mois bien payé pour lequel 35 000 candidats de 201 pays ont soumis leur candidature. Soyons cynique, parlez-moi d'une crise de l'emploi mondiale.

"Et que dire de la campagne "No money, but love", Grand Prix Promo et Lion RP initiée par une ville du Japon qui a fait faillite. Pour attirer les touristes et ramener un peu de vie en ville, la municipalité, se basant sur son anémique taux de divorces, a eu l'idée de se proclamer destination des couples heureux. Un bel exemple de simplicité volontaire (?) et d'habile récupération. Comment ne pas être mauvaise langue et penser que les citoyens de Yubari n'ont tout simplement plus les moyens de se séparer?

"Obama? L'adoubement moral absolu pour une industrie heureuse de clamer haut et fort (Grand Prix Titanium et Integrated) qu'elle a participé à la mise au monde politique et au succès électoral du sauveur. Confirmation avec "The Great Schlep" (Lion dans la catégorie Titanium), ingénieuse initiative touristico-politico-communautaire ayant pour but d'influencer les jeunes Juifs à faire voter leurs grands-parents de Floride pour Obama.

"Dans une catégorie qui aurait pu s'intituler, "Meilleure utilisation de la pub contre la censure et l'intimidation", je désigne sans hésiter la formidable campagne du journal The Zimbabwean. Victime de tentatives répétées d'intimidation par le régime Mugabe, la publication riposte par une opération dans laquelle une monnaie dévaluée devient support publicitaire. Une brillante et terrible démonstration des excès du régime très justement récompensée par un Lion d'or, Titanium et Integrated. De la pub politique pure et dure.

"Cette année, à Cannes, confrontée à la remise en question d'une certaine forme de capitalisme, nombreux ont été les efforts de l'industrie des communications pour se donner respectabilité et sens du devoir. Le publicitaire comme moraliste? Pourquoi pas. Ce ne serait qu'une autre des adaptations de ce métier qui n'a de cesse que de se réinventer".

comments powered by Disqus