La référence des professionnels
des communications et du design

La Presse fait le point sur son avenir et rassure ses annonceurs

Encadré destiné aux annonceurs en page A22 dans l'édition du mardi de La Presse

Voici d'autres détails sur l'annonce réalisée lundi par La Presse, propriété de Gesca, notamment quant à la disparition de son édition du dimanche à partir de juillet. À ce sujet, Philippe Cantin, vice-président à l'information et éditeur adjoint de La Presse et Cyberpresse, a adressé une lettre aux lecteurs dans l'édition de mardi. "Malheureusement, la réalité est implacable: nous devons réduire nos coûts. Nous tenons à le faire sans affaiblir le contenu offert à nos lecteurs", écrit-il.

Il mentionne également que plusieurs contenus proposés le dimanche continueront d'être publiés. Ainsi, la chronique de Stéphane Laporte apparaîtra le samedi. L'entrevue avec la personnalité de la semaine et les articles de la section "À vos affaires" paraîtront le lundi, les reportages du cahier Santé, le mercredi et les pages Lectures, le jeudi.

Pour ceux qui voudront tout de même suivre l'actualité, des journalistes enrichiront Cyberpresse toute la journée le dimanche. L'édition papier du lundi présentera une synthèse de l'actualité du week-end.

Selon Guy Crevier, président et éditeur de La Presse, trois raisons expliquent cette décision: la récession, le déficit du régime de retraite qui atteint 113 millions$ et l'exode des annonceurs vers le web, rapporte Agnès Gruda en page A20. Rappelons que plusieurs grands quotidiens nord-américains vivent une situation semblable depuis plusieurs mois. C'est notamment le cas du Boston Globe et du New York Times.

Gesca souhaite réduire ses dépenses annuelles de 26 millions$. Un appel a donc été lancé aux employés afin qu'ils revoient leurs conditions de travail à la baisse pour faire annuellement des économies de 13 millions$. D'autres mesures s'ajouteront à celles mises en place. Tous les employés seront touchés par les mesures instaurées.

Du côté du Syndicat des travailleurs de l'information, la présidente, Hélène De Guise, n'a pas apprécié que l'employeur détermine les mesures de compressions possibles sans négociations, écrit Agnès Gruda. La convention collective des employés est échue depuis le 31 décembre 2008.

Dans son édition de mardi, La Presse consacre aussi deux pages (A22 et A23) à son avenir. Un encadré a notamment été dédié aux annonceurs pour les rassurer sur la situation du quotidien.

Lundi en après-midi, Guy Crevier avait rencontré les employés de La Presse lors d'un huis clos au Palais des Congrès de Montréal pour leur faire état de la situation et leur annoncer les mesures prises.

comments powered by Disqus