La référence des professionnels
des communications et du design

Le CCA questionne la vitesse et ses limites

Cliquez ici pour voir toutes les photos

Une nouvelle exposition occupe les salles principales du Centre canadien d'architecture (CCA) depuis la semaine dernière: "La vitesse et ses limites" traite de la place prépondérante qu'occupe la vitesse dans la vie moderne, notamment dans l'architecture et l'urbanisme, mais aussi l'art, le graphisme et l'économie.

Présentée jusqu'en octobre, elle souligne le 100e anniversaire du futurisme italien, mouvement à qui l'on doit la célèbre déclaration parue dans son manifeste inaugural: "La splendeur du monde s'est enrichie d'une beauté nouvelle: la beauté de la vitesse".

Articulée autour de cinq thèmes (rythme, circulation, construction rapide, efficience, capture du mouvement), elle rassemble plus de 240 objets provenant des collections du CCA et de l'université Wolfsonian-Florida International: livres, photographies, affiches publicitaires, dessins d'architecture, publications et vidéos illustrent le discours sur la vitesse et reflètent à diverses échelles l'apologie de celle-ci et la dénonciation implicite de l'action nuisible de la rapidité sur la vie contemporaine.

Couvrant la période de 1900 à nos jours, l'exposition analyse l'évolution du processus de production et de construction, l'avènement de la préfabrication, l'univers domestique, la circulation et le transport, l'espace de travail au travers du prisme de la vitesse et en se concentrant sur les pôles de production et d'hyperactivité.

L'installation est signée Michael Maltzan Architecture (Los Angeles), et les éléments graphiques Project Projects (New York), deux entreprises classées en 2009 parmi les finalistes du prestigieux concours Cooper-Hewitt National Design.

Jusqu'au 12 octobre
1920 Baile

comments powered by Disqus