La référence des professionnels
des communications et du design

Le reality-show Loft Story vivement critiqué en France

"Télé réalité" ou "TV poubelle", l'émission "Loft Story", diffusée depuis jeudi par la chaîne française M6 et mettant en scène onze célibataires de 21 à 28 ans cloîtrés et filmés 24 heures sur 24 dans un appartement, fait l'objet de vives critiques en France, indique une dépêche de l'Agence France-Presse reprise par le quotidien Libération.

Qualifiée de "fiction réelle" par M6, "Loft Story" a démarré sur les chapeaux de roue, avec de fortes parts d'audience, notamment auprès des jeunes. Vendredi, M6 a décroché la plus grosse part de marché (30,3%) en fin d'après-midi, avec 3,2 millions de téléspectateurs, atteignant même 47,7% chez les moins de 50 ans. Jeudi, 5,2 millions de téléspectateurs s'étaient intéressés dans la soirée à l'emménagement des six jeunes hommes et des cinq jeunes filles dans leur loft.

Filmés en permanence, sauf dans les toilettes, les candidats doivent vivre dans un appartement de 225 mètres carrés agrémenté d'un jardin et d'une petite piscine, durant 10 semaines. Ils sont filmés par 26 caméras, dont plusieurs à infrarouge pour l'obscurité et écoutés par 50 micros. Après l'élimination progressive de tous les autres candidats, le "couple idéal" demeurera seul dans l'appartement: au bout des 70 jours d'isolement total, ils gagneront une maison d'une valeur de 460 000 euros.

"Aujourd'hui, à la télé, la cible, ce n'est plus la ménagère de moins de 50 ans, mais le cul", a déploré le Journal du Dimanche en évoquant aussi les multiples "talk shows" dans lesquels la sexualité est omniprésente.

Le débat provoqué par "Loft Story" a conduit le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) à annoncer qu'il évoquerait mercredi l'émission en séance plénière de l'instance. "Nous allons regarder, et très attentivement", a déclaré le président du CSA, Dominique Baudis, avant la première diffusion de l'émission.

Quant à la ministre de la Culture et de la Communication Catherine Tasca, elle a stigmatisé mercredi, sans citer directement l'émission "Loft story", "l'incroyable" manque d'imagination des chaînes privées comme publiques.

comments powered by Disqus