La référence des professionnels
des communications et du design

Marcel Côté: "Des chances uniques pour les nouveaux"

Marcel Côté, associé et fondateur de Secor

Marcel Côté, associé et fondateur du Groupe Secor, souligne que le contexte économique actuel, qui bouleverse en particulier le secteur des communications, présente des chances uniques pour les entreprises qui ne resteront pas encombrées dans "la lourdeur du passé".

Qu'est-ce qui vous frappe en particulier dans la situation économique ces temps-ci?
La présente crise est très différente de celles vécues auparavant. On a une crise financière et, en même temps, l'accélération d'une vague technologique qui change complètement les règles et les modèles en place. On le voit beaucoup, particulièrement dans les médias et dans la pub. La crise financière, par contre, va peut-être être moins profonde et moins longue que ce que plusieurs prévoient, parce que les gouvernements réagissent beaucoup plus vigoureusement qu'avant. Ils injectent des fonds et ils ne montrent pas de peur de l'inflation. C'est très nouveau.

Vous parlez d'un changement complet des règles et des modèles en place. Quel sera l'impact sur les entreprises?
Tout ce qui touche les communications est affecté: les entreprises doivent revoir complètement la façon dont elles font les choses. L'éclatement de la bulle techno, vers 2000, avait eu, finalement, un impact limité sur les modèles d'affaires. On a enlevé le "hot air", mais il y a eu peu d'effets fondamentaux. Maintenant, le modèle économique qui existait depuis 100 ans, celui sur lequel reposent encore les journaux et la télé conventionnelle, s'écroule: les entreprises peuvent atteindre leurs clients beaucoup plus efficacement par les nouveaux médias. Si l'on regarde ce qui se passe avec la télé généraliste, l'on ne parle même plus des 500 chaînes, mais de 100 000 chaînes! On parle d'un accès à une banque presque infinie de documents vidéo.

Y a-t-il des solutions ainsi que des occasions à saisir?
Ceux qui n'ont pas la lourdeur de l'héritage du passé ont des chances uniques ces temps-ci. À condition de veiller à être profitable. Pourquoi Apple a-t-elle réussi à s'imposer? Parce qu'elle est rapidement devenue profitable. Même chose pour BlackBerry. S'il y a un conseil à donner aux nouvelles entreprises, c'est de trouver une façon très rapide d'être rentable, de générer des liquidités positives. Puis, inscrivez-vous dans une réalité mondiale, et très techno, soyez à l'affût des tendances. Et soyez toujours prêts à réinvestir de façon majeure. C'est ce qu'Apple a fait.

Et que peuvent faire les autres entreprises, qui existent depuis plusieurs années?
Dialoguez avec vos employés. Faites comprendre à tout le monde qu'il faut changer. Et qu'il faut prendre des stratégies souvent, hélas, radicales. Dans certaines organisations, l'on peut faire émerger un modèle parallèle. C'est, par exemple, ce que Quebecor a fait avec Nurun: c'est une agence de pub, ce n'est pas une agence traditionnelle, que Quebecor fait émerger en parallèle à ses autres activités. D'ailleurs, les agences traditionnelles doivent revoir toutes leurs structures, toutes leurs méthodes.

Marcel Côté est associé et fondateur du Groupe Secor, le plus important cabinet-conseil indépendant au Canada, avec des bureaux à Montréal, New York, Paris et Toronto. Sa carrière de près de 30 ans en consultation fait de lui un chef de file en matière d'innovation et de stratégie d'entreprises. Il sera conférencier lors de la Journée Infopresse 360 du 22 avril prochain intitulée "Saisir les opportunités en temps de crise", qui accueillera aussi le blogueur et auteur Seth Godin, Jacques-Hervé Roubert, président et chef de la direction de Nurun, Tony Chapman, fondateur et chef de la direction de Capital C, et René Vézina, chroniqueur au journal Les Affaires et au 98,5 FM. Pour plus de détails ou pour vous inscrire, cliquez ici.

comments powered by Disqus