La référence des professionnels
des communications et du design

Journal de Montréal: le syndicat dépose une plainte

Le président du STIJM, Raynald Leblanc, accompagné de la présidente de la Fédération nationale des communciations, Chantal Larouche, et de l'avocat de la CSN, Guy Martin. Photo: Pascal Ratthé. Source: Ruefrontenac.com

Le Syndicat des travailleurs de l'information du Journal de Montréal a déposé hier matin une plainte à la Commission des relations du travail (CRT), pour contester la prétendue utilisation de briseurs de grève au Journal de Montréal. "Bien que Quebecor Média ait raffiné sa méthode depuis le conflit au Journal de Québec, nous avons réuni plusieurs faits démontrant qu'elle a recouru à des scabs pour produire quotidiennement le Journal, contrevenant ainsi au Code du travail", déclare le président du syndicat, Raynald Leblanc.

Celui-ci veut entre autres démontrer à la CRT que l'agence QMI, mise sur pied le 6 janvier 2009, est un "pseudo organe de presse" qui sert à rediriger vers le Journal des textes et des photos provenant des autres publications ou sites web de Quebecor, une procédure qui contreviendrait, aux dispositions anti-briseurs de grève prévue au Code du travail du Québec. En outre, souligne-t-on, plusieurs journalistes ont été embauchés pour diverses publications de Quebecor, notamment 24 heures.ca, 7jours.ca et Argent.ca.

Le syndicat demande à la CRT d'émettre une ordonnance enjoignant l'employeur de cesser de publier dans le Journal tout texte et photo provenant de QMI et de 7 jours, 7jours.ca, 24 heures, 24heures.ca, Ici, Canoe.ca, Argent.ca ainsi que des hebdos régionaux de Quebecor. La plainte vise aussi des textes ou des photos provenant du Journal de Québec traitant d'événements qui se produisent hors de son territoire, et la publication de caricatures de YGreck.ca et les photos de photographes à leur compte ou à l'emploi d'autres organisations. Concernant le travail des collaborateurs externes, le syndicat demande à la commission de faire en sorte que le Journal s'en tienne à la situation qui prévalait avant le début des négociations.
 
Le conflit de travail au Journal de Québec s'est terminé en août dernier. Au total, 252 employés ont été en arrêt de travail pendant près de 16 mois, faisant de ce conflit de travail le plus long dans un quotidien francophone au Canada.
 
Le lock-out au Journal de Montréal a été décrété le 24 janvier dernier et touche les 253 membres du syndicat affilié à la CSN.

comments powered by Disqus