La référence des professionnels
des communications et du design

Audiogram: mise en marché 2.0

Les Disques Audiogram ont créé un réseau publicitaire très exclusif, ayant le potentiel d'atteindre près d'un million de mélomanes chaque année; Martin Merlino, directeur du marketing d'Audiogram, a répondu à nos questions.

De quel type de réseau publicitaire s'agit-il?
Nous avons rassemblé sur un même portail, et un même "ad server", près de 30 sites d'artistes, dont ceux de Pierre Lapointe, Ariane Moffatt, Daniel Bélanger et Mara Tremblay. Ce portail génère de trois à cinq millions de pages vues par an, ce qui est énorme et nous classe parmi les plus gros sites musicaux. Nous disposons également de données de profilage très précises, obtenues de manière volontaire des acheteurs de musique. En effet, sur presque tous les albums vendus, il est possible d'accéder à des primes par un ordinateur, en indiquant certaines données personnelles. Ces renseignements, une fois compilés, forment une base de données très riche que nous avons décidé de mettre à la disposition de cinq annonceurs exclusifs.

Pourquoi limiter ainsi le nombre d'annonceurs potentiels?
Nous voulons éviter que les sites de nos artistes se retrouvent surchargés avec 15 ou 20 bannières différentes. Nous désirons privilégier les annonceurs ayant déjà un lien avec la musique et qui vont penser à des intégrations plus intelligentes. Déjà, nous avons signé une entente de deux ans avec Rogers, par son agence médias MBS, pour des bannières récurrentes sur l'ensemble du portail. Comme c'est un annonceur qui vend lui-même de la musique, il propose de beaux modèles d'intégration, avec une personnalisation pour chaque artiste. Nous recherchons encore quatre autres annonceurs.

Quels avantages tirent les artistes d'une telle plateforme?
Souvent, le contenu des artistes se retrouve dispersé sur 50 ou 100 pages différentes sur le web. En le rassemblant sur un seul site, nous les plaçons au coeur du dispositif et leur donnons la possibilité de reprendre possession de leur contenu et de leur image de marque. Nous leur offrons également de ne pas s'associer à n'importe quelle marque. Sur des sites comme Facebook ou MySpace, ils vont immanquablement se retrouver associés contre leur gré à des marques de croustilles ou de condoms. Grâce à l'oasis médiatique que nous leur proposons, nous leur évitons de devoir traiter avec des voisins trop bruyants ou mal élevés.

comments powered by Disqus