La référence des professionnels
des communications et du design

L'industrie chocolatière soutient les producteurs du Sud

Plusieurs grandes entreprises, dont Starbucks, Kraft et Mars, soutiennent un programme d'accompagnement des producteurs de cacao initié par la World Cocoa Foundation et la Bill & Melinda Gates Foundation. Un programme de cinq ans, doté d'un budget de 40 millions$ financé par les divers partenaires, vient en effet d'être annoncé. Objectif : accompagner quelque 200000 producteurs de cacao de Côte d'Ivoire, du Ghana, du Nigeria, du Cameroun et du Libéria dans l'amélioration de leurs connaissances et compétitivité.

Il sera notamment question d'augmenter la qualité de la production, de promouvoir la diversification des cultures et d'améliorer l'efficacité de la chaîne d'approvisionnement. Bref, une "professionnalisation" des organisations, qui passera notamment par une meilleure connaissance des marchés et un accès plus facile à des plants de qualité supérieure.

"Nous savons par expérience que le cacao peut jouer un rôle positif dans l'augmentation des revenus des producteurs dans les pays en développement, dit Bill Guyton, président de la World Cocoa Foundation. Cependant, à ce jour, les producteurs de cacao manquent de connaissances pratiques et organisationnelles pour cultiver cette plante unique de manière rentable et durable. Grâce à [ce programme], nous pourrons accroître considérablement nos efforts pour soutenir ces producteurs et pour promouvoir un développement économique, social et environnemental durable dans les communautés productrices de cacao d'Afrique de l'Ouest."

La Société de coopération pour le développement international (Socodevi), réseau d'entreprises coopératives et mutualistes basé à Québec, figure parmi les cinq organisations composant le consortium international chargé de l'exécution du programme, qui devrait débuter d'ici la fin de l'année.

"En Afrique de l'Ouest, le cacao est le produit agricole le plus important en ce qui concerne l'exportation, près de deux millions de petits producteurs et leurs familles dans la région dépendent de cette activité, dit Amouan Acquah Assouan, du Comité de Gestion de la Filière Café-Cacao de Côte d'Ivoire. Beaucoup trop de producteurs subsistent en cultivant le cacao, ignorant le bénéfice économique que cette production peut leur apporter. Ce [programme] peut améliorer cette situation en soustrayant de la pauvreté des milliers de producteurs."

comments powered by Disqus