La référence des professionnels
des communications et du design

Patrimoine canadien crée le Fonds des médias

Le ministre du Patrimoine canadien, James Moore, a annoncé hier la création du Fonds des médias du Canada, qui doit assurer la production d'émissions canadiennes et leur diffusion sur plusieurs plateformes. Celui-ci est né de la fusion du Fonds canadien de la télévision et du Fonds des nouveaux médias, qui ne devait pas être renouvelé après mars 2009.

"Avec nos partenaires, nous voulons assurer la stabilité d'un secteur important pour garantir la création de contenu canadien", a dit le ministre en conférence de presse.

Le gouvernement modifiera les fonds en fonction de quatre objectifs: assurer une saine gouvernance et une reddition de comptes efficaces, récompenser le succès et encourager l'innovation, investir en fonction de ce que veulent les Canadiens et, enfin, équilibrer les règles du jeu.

Le fonds, mis en place d'ici le 1er avril 2010, bénéficiera d'un investissement de 134,7 millions$ par année du gouvernement pour la production d'émissions canadiennes par l'entremise de producteurs canadiens au cours des deux prochaines années. En incluant les contributions des différents cotiseurs, le fonds va s'élever annuellement à environ 310 millions$. D'ici là, le Fonds canadien de la télévision et le Fonds des nouveaux médias poursuivront leur mandat jusqu'à la fin de l'exercice 2009-2010.

Selon James Moore, les postulants au fonds devront diffuser leurs productions sur au moins deux plateformes, dont la télévision. Les productions internes des radiodiffuseurs seront permises. De plus, le fonds financera des productions en français et en langues autochtones. Les productions internes des radiodiffuseurs seront permises.

Le ministre a toutefois ajouté que Radio-Canada/CBC perdra son enveloppe garantie qui équivalait à environ 40% du fonds, afin "d'équilibrer les règles du jeu". La société d'État devra ainsi soumettre des projets au même titre que le privé. "Le défi consiste à garantir que les fonds seront consacrés aux nouvelles émissions diffusées lorsque la plupart des Canadiens sont à l'écoute. S'il est bien appliqué, ce nouveau modèle connaîtra un succès. Sinon, Radio-Canada/CBC craint que l'élimination de notre enveloppe de 37% n'entraîne une réduction de l'écoute de la programmation canadienne diffusée aux heures de pointe", a commenté par le biais d'un communiqué Hubert Lacroix, président-directeur général de Radio-Canada/CBC.

À Ottawa, l'annonce a fortement fait réagir les députés du Parti libéral du Canada et du Bloc québécois. Les deux partis déplorent les répercussions sur Radio-Canada/CBC.

Quebecor Média, quant à elle, se réjouit de cette annonce. "Il est maintenant permis de croire que les conditions nécessaires seront mises en place pour favoriser l'essor d'une industrie de production forte, créative et capable de trouver sa place dans un environnement mondialisé devenu extrêmement concurrentiel", a commenté par communiqué Pierre Karl Péladeau, président et chef de la direction de Quebecor. L'entreprise avait dénoncé à plusieurs reprises le mode de gouvernance du Fonds canadien de télévision. Elle se dit prête à collaborer avec tous les partenaires pour que "chaque dollar investi le soit en vue de produire et de diffuser le contenu que les citoyens demandent".

comments powered by Disqus