La référence des professionnels
des communications et du design

Facebook: Un (faux) pas en avant, deux pas en arrière

Cliquez sur l'image pour accéder au groupe Facebook créé par la direction du site pour tenter d'apaiser la situation.

Après avoir déclenché un tollé considérable chez les internautes à la suite de la mise en place de nouvelles conditions d'utilisation, Facebook a été contraint de reculer.

En se connectant à Facebook hier matin, les utilisateurs ont eu la surprise de voir apparaître un message signé Mark Zuckerberg, PDG et fondateur du site: "Ces derniers jours, nous avons reçu de nombreux retours sur les nouvelles conditions d'utilisation mises en place il y a deux semaines. En conséquence, nous avons décidé de revenir à nos conditions d'utilisation antérieures le temps de régler les questions posées par nos utilisateurs."

Depuis des années, en effet, on pouvait trouver dans le règlement du site les lignes suivantes: "Vous accordez à Facebook le droit irrévocable, perpétuel, non exclusif, transférable et mondial (avec l'autorisation d'accorder une sous-licence) d'utiliser, copier, publier, diffuser, stocker, exécuter, transmettre, scanner, modifier, éditer, traduire, adapter, redistribuer n'importe quel contenu déposé sur le site". Pour qui a l'habitude d'héberger ses photos ou autres documents sur le site, ce texte pouvait inquiéter.

La colère des internautes ne venait pourtant pas de là, mais de la suppression au début du mois de la phrase qui suivait : "Votre contenu d'utilisateur peut être effacé du site à n'importe quel moment. Si vous l'effacez, le droit accordé à Facebook évoqué précédemment expirera automatiquement, mais notez que l'entreprise peut en conserver des copies archivées".

Le site américain Consumerist a tiré le premier l'alarme: "Faites attention de ne jamais mettre en ligne du matériel que vous ne voudriez pas abandonner pour toujours, car il appartiendra maintenant à Facebook." L'information a commencé à se répandre, et les utilisateurs à gronder.

Après une vaine tentative d'explication de Mark Zuckerberg sur la non-exploitation des contenus déposés par ses membres, Facebook a décidé de rétablir les anciennes conditions d'utilisation. Le premier réseau social du monde se serait en tout cas bien passé de cette polémique, à l'heure où les questions de protection de la vie privée sur internet prennent de plus en plus d'ampleur.

comments powered by Disqus