La référence des professionnels
des communications et du design

Plan d'affaires du CICQ: trois questions à Michel G Desjardins

Michel G. Desjardins, président du Conseil de l'industrie des communications du Québec (CICQ)

Le 15 janvier dernier, le Conseil de l'industrie des communications du Québec (CICQ) dévoilait son plan d'affaires, qui vise à mettre en valeur l'industrie au Québec et sur la scène internationale: Michel G Desjardins, président du CICQ, a répondu à quelques questions.

Quel est l'objectif principal du plan d'affaires du CICQ?
Beaucoup d'initiatives sont prises par les associations et les agences, mais très peu d'échanges se produisent pour synchroniser les actions entre différents joueurs. L'idée maîtresse est de regrouper les acteurs de l'industrie dans une ligne directrice commune afin de créer une force de frappe positivement dynamique et intelligente. Ensuite, nous pourrons trouver une faille où les marchés étrangers auront besoin de nous. Présentement, le contexte économique est très favorable à de telles initiatives. Il n'y a rien de mieux que d'aller sur le terrain quand tout le monde est désorienté.

Au cours de 2009, quel sera le premier geste du CICQ pour mettre en application son plan?
D'abord, nous voulons faire reconnaître Montréal comme un joueur-clé sur les marchés extérieurs. Trois objectifs ont été établis pour arriver à cette fin. Nous allons d'abord remédier aux lacunes au chapitre de la formation des professionnels, afin qu'ils aient une plus grande valeur concurrentielle. Ensuite, nous allons regrouper les forces et permettre aux membres de mener des actions qu'ils ne pourraient poser de façon individuelle. Finalement, nous allons amorcer une percée en envoyant une première délégation à New York vers la fin de l'été. Des outils de rayonnement tels que de la documentation et Montréal.ad de l'Association des agences de publicité du Québec vont également être mis à profit.

Quel devra être le rôle de l'industrie?
Pour que l'industrie embarque, il faudra présenter des initiatives pertinentes. Tant que nous n'avons rien à offrir de concret, on ne peut pas demander aux professionnels de suivre. À la suite du dépôt du plan d'affaires, nous avons reçu beaucoup de réactions positives. Les mesures semblent déjà plus palpables pour les gens de l'industrie. Deux jours après la publication de notre document, un groupe de travail a été mis sur pied. Cette semaine, un comité se réunit pour évaluer les initiatives sous un angle budgétaire.

comments powered by Disqus