La référence des professionnels
des communications et du design

Débat: que permettre en matière de pub destinée aux enfants?

Saputo a été condamnée cette semaine à une amende pour avoir diffusé de la publicité auprès des enfants, et d'autres annonceurs font face à des plaintes pour des initiatives menées au Québec: qu'en pensez-vous?

En février 2007, la division des gâteaux Vachon de Saputo avait mené une campagne pour les gâteaux Igor dans plus de 230 Centres de la petite enfance (CPE) du Québec, contrevenant ainsi à la Loi sur la protection du consommateur. Lundi matin, l'entreprise a été condamnée à verser une amende de 24 000$, après avoir plaidé coupable à 12 chefs d'accusations au Palais de justice de Saint-Jérôme.

Des articles promotionnels dont des autocollants, des coupons-réductions et des affiches publicitaires avaient été distribués dans les CPE. De plus, les activités se déroulaient sur une musique où la marque commerciale était répétée à plusieurs reprises.

Mise au fait, la Coalition québécoise sur la problématique du poids (CQPP) avait porté plainte contre cette offensive à l'Office de la protection du consommateur, qui avait par la suite émis des constats d'infraction.

Ultimement, Saputo verra son amende atteindre 44 000$, car elle fait face à des poursuites similaires dans d'autres régions du Québec.

P2P Proximité Marketing, l'agence qui a participé au déploiement de la campagne, fait face à 15 accusations, mais est toujours en attente de procédures.

Saputo ne serait pas la seule entreprise à faire de la promotion auprès des enfants. La CQPP a également porté plainte contre McDonalds, Burger King et General Mills.

Au Québec, il est interdit de mener toute campagne auprès des moins de 13 ans. Devrait-on permettre aux entreprises de faire de la publicité auprès des enfants, comme c'est le cas à plusieurs autres endroits?

Participez à ce débat en ouvrant votre session.

comments powered by Disqus