La référence des professionnels
des communications et du design

Journal de Montréal: un mandat de grève des syndiqués et un mot de Péladeau aux lecteurs

Trois jours après un décret de lock-out, les syndiqués du Journal de Montréal ont voté à 99% pour la grève lors d'une assemblée générale hier.

Ils ont également voté dans la même proportion le rejet des dernières offres patronales.

La troisième journée de lock-out avait commencé par l'adresse de Pierre-Karl Péladeau, président et chef de la direction de Quebecor Média, aux lecteurs du Journal de Montréal en pages deux et trois du quotidien.

Selon lui, la direction n'attendra pas que la publication soit au bord du gouffre avant de prendre des mesures pour assurer sa pérennité, peut-on lire. À l'instar de l'éditrice Lyne Robitaille dans la parution de samedi, il explique les raisons pour lesquelles un lock-out a été imposé.

Il juge que son journal, pour lequel il affirme ressentir un profond attachement, doit s'adapter aux nouvelles réalités de l'industrie en raison de la baisse des tirages et des revenus publicitaires. Il revient notamment sur les difficultés récemment vécues par Canwest, Sun Media et TQS. Il rappelle aussi qu'en 2008, 15 000 employés de la presse écrite américaine ont perdu leur emploi.

Toutefois, il promet qu'en vertu de ses propositions, les employés demeureront les mieux payés de l'industrie.

Le quotidien continue d'être publié, la rédaction étant assurée par des cadres et quelques collaborateurs.

comments powered by Disqus