La référence des professionnels
des communications et du design

L'"écoflation" menace les chaînes d'approvisionnements

Les entreprises de biens de consommation pourraient voir leurs revenus baisser de 30% en seulement quatre ans si elles n'adoptent pas de stratégies durables en matière d'approvisionnements. Tel est l'un des constats émanant d'un scénario établi par le cabinet-conseils américain AT Kearney et le World Resources Institute, intitulé Rattling Supply Chains: The Effect of Environmental Trends on Input Costs to the Fast Moving Consumer Goods Industry.

L'étude souligne comment, dans le contexte actuel de crise économique, les enjeux environnementaux exerceront une influence croissante sur les systèmes d'approvisionnements des entreprises, et en bout de ligne sur leur rentabilité, voire leur pérennité. Ce scénario est présenté sous le terme d'"ecoflation", système qui prend en compte des indicateurs traditionnels -- tels que population, consommation et produit intérieur brut --, en y ajoutant les tendances environnementales et les potentielles politiques publiques qui en résulteront.

Ainsi, quatre enjeux environnementaux -- changements climatiques, raréfication de l'eau, déforestation et biocarburants -- sont désignés comme ayant le plus fort potentiel d'impact sur les entreprises, de par leur nature même ou par les réglementations dont les pays se doteront de plus en plus pour y faire face. L'augmentation des prix de ressources telles que l'énergie, les céréales, le sucre ou le bois pourra ainsi avoir un impact considérable sur les entreprises qui ne prennent pas des mesures dès maintenant : leurs revenus pourraient baisser de 13 à 31% d'ici à 2013, et de 19 à 47% d'ici à 2018.

Le document présente quatre étapes que devraient suivre chaque entreprise en vue de s'adapter à l'écoflation, plutôt que de la subir :
- Comprendre ses impacts et dépendances à l'égard de l'environnement, notamment en examinant l'influence qu'ont ces éléments sur sa structure de coûts; et chercher dès maintenant des substituts plus durables.
- Dresser un inventaire des initiatives existantes tout au long de sa chaîne de valeur, afin de connaître ce qui se fait déjà au sein même de son entreprise, mais aussi chez ses fournisseurs et partenaires.
- Prioriser ses enjeux et opportunités en fonction de leurs impacts potentiels sur ses coûts, ses revenus et sa réputation.
- Structurer sa démarche dans un plan d'action.

"Bien que les risques soient importants, ils ne sont pas inéluctables, lit-on dans le document. Les entreprises ont la capacité de trouver des solutions, seules ou collectivement, et de transformer leurs opérations en vue de diminuer ces risques, voire d'en saisir les occasions de croissance."

Pour télécharger l'étude complète, cliquer ici. Pour un résumé, cliquer ici.

comments powered by Disqus