La référence des professionnels
des communications et du design

Élections: les médias confirment leur influence

Cliquez ici pour voir la photo agrandie

La campagne électorale aura été marquée par l'actualité, qui a bousculé les thèmes électoraux, ainsi que par l'influence de la couverture de presse sur le vote. 

En effet, la crise financière et les réductions budgétaires dans la culture ont occupé conjointement 36% de la campagne.

Comme lors du scrutin québécois, en mars 2007, Influence Communication a réalisé, à la veille des élections fédérales du 14 octobre, des projections sur le résultat, en fonction du poids médias récolté par chaque parti. L'influence des médias sur le vote s'est encore confirmée. Avec une marge d'erreur de 1,2% au Québec et de 3% à l'échelle nationale sur les résultats, le poids médias confirme le rôle et la responsabilité des médias sur l'exercice démocratique. Lors des élections de 2007, le poids médias des partis avait eu une marge d'erreur moyenne de 1,6%.

Le jour du scrutin, les élections ont occupé 40% de l'actualité. En comparaison, celui de 2007 avait obtenu un poids médias de 62% au cours des 24 premières heures. Globalement, la campagne qu'on vient de connaître accuse un recul médiatique de 15% sur 2006.

Les candidats régionaux ont obtenu 12% plus d'espace qu'en 2006, mais 20% de moins qu'en 2004.

Peu d'analystes neutres

Depuis 2000, l'on n'a jamais autant utilisé de "spin doctors" que lors de la dernière campagne. Les analystes neutres tels que des communicateurs et des professeurs d'université n'ont été vus, lus ou entendus que dans 9% des cas. En 2006, ils étaient cités ou interrogés dans 16% des cas et 17% en 2004.

comments powered by Disqus