La référence des professionnels
des communications et du design

Débat: la pub doit-elle saigner pour sauver?

Message de la CSST
Message de la SAAQ

Alors que le plus récent message de la CSST présentant un homme écrasé par une machine continue de faire réagir, Infopresse invite les publicitaires et les communicateurs à débattre du bien-fondé de tels messages-chocs.

La pub de la CSST est la dernière en date à susciter ce genre de réaction. Au fil des années, la SAAQ, par exemple, a utilisé plusieurs messages durs, voire sanglants, pour décourager l'alcool au volant et l'excès de vitesse, ou pour promouvoir le port de la ceinture.

La semaine dernière, un article du Journal de Montréal traitait des appels de protestations à la suite du message de la CSST. Et dans une lettre dont il a envoyé copie à Infopresse, un auditeur de RDS dénonce aussi la diffusion de cette pub. "[...] je crois avoir le droit de ne pas vouloir regarder ce genre de pub de mauvais goût et d'une extrême violence dans ma propre maison", peut-on lire dans la lettre signée Guy Rajotte; l'auteur souligne aussi qu'il est père de jeunes enfants et a vu cette pub en regardant un match du Canadien du 10 octobre. "Mes garçons sont des fans de hockey, et le plus jeune des deux nous a clairement indiqué qu'il ne veut pas regarder le hockey demain soir à la maison", ajoute-t-il.

Les stratèges à l'origine de ces publicités-chocs soulignent, souvent avec recherches et groupes de discussion à l'appui, qu'elles sont les seules efficaces et nécessaires pour sauver des vies. D'autres craignent plutôt, surtout à long terme, un effet inverse, puisque le public tendra de plus en plus à les éviter.

Infopresse vous invite à donner votre opinion: qu'en pensez-vous?

comments powered by Disqus