La référence des professionnels
des communications et du design

Mountain Equipment Co-op se fait inspirante

Cliquez sur l'image pour télécharger le document

La coopérative de plein air Mountain Equipment Co-op (MEC) vient de publier son rapport 2007 de développement durable; un document d'une centaine de pages où elle dresse son bilan économique, social et environnemental et qui, selon les observateurs, se démarque du lot.  

"C'est l'un des meilleurs rapports de développement durable qu'il m'a été donné de lire, dit Jean-Sébastien Trudel, président d'Ellipsos, une firme-conseil en développement durable. Il est très détaillé, et j'aime son ton humble. De plus, comme MEC publie un rapport de ce type depuis plusieurs années, l'organisation peut évaluer ses initiatives passées. Les gens d'affaires qui cherchent à pousser le développement durable peuvent en tirer bien des enseignements."

Parmi les initiatives originales de l'organisation, le document relate celle du site communautaire Horizons Sauvages. Lancé en mai dernier, celui-ci vise à mobiliser les citoyens pour la préservation et l'accroissement des aires protégées au Canada. Le site, qui regroupe 11 500 membres, vise 100 000 membres l'an prochain.

On y parle aussi du blogue lancé par Hervey Chan, directeur de l'approvisionnement éthique, qui discute ouvertement des défis et questionnements qu'il rencontre dans son travail.

Le rapport raconte en outre comment deux employés ont trouvé différentes façons de donner une seconde vie aux cordes d'escalade. Dans un cas, elles sont recyclées pour leurs fibres, dans l'autre, elles sont réutilisées pour en faire des laisses de chiens. Le document aborde de plus la problématique des sacs biodégradables, utilisés par l'entreprise, mais dont les bénéfices pour l'environnement ne font pas l'unanimité chez les scientifiques. L'entreprise compte toutefois éliminer tous les sacs jetables en 2010.

Au chapitre de la production, MEC va jusqu'à détailler l'analyse des pratiques de ses fournisseurs et donne la liste de ceux-ci, une rareté pour l'industrie. "Ce type de rapport est de plus en plus demandé par les actionnaires et autres parties prenantes, dont les consommateurs, dit Jean-Sébastien Trudel. Les consommateurs éthiques posent beaucoup de questions. Et quand une entreprise fait du greenwashing, ils lui en font payer le prix et lui font une mauvaise réputation. À l'inverse, quand elle répond à leurs préoccupations,  ils lui seront fidèles et en parleront beaucoup à leur entourage."

Cet article est produit avec la collaboration de Novae.ca, le site d'actualité du développement durable.

comments powered by Disqus