La référence des professionnels
des communications et du design

Le graffiti se fait virtuel

Cliquez ici pour voir toutes les photos

À l'occasion du festival Pop Montréal, l'immeuble d'Ubisoft, à l'angle du boulevard Saint-Laurent et de la rue Saint-Viateur, a servi de toile à une séance de graffitis virtuels exécutés au laser. 

La technique, qui peut être qualifiée de peinture numérique, est une invention du groupe new-yorkais Graffiti Research Lab (GRL). Le graffeur dessine sur un mur à l'aide d'un pointeur laser lié à un ordinateur portable, spécialement équipé et calibré, auquel sont branchés une caméra numérique et un projecteur.

De nombreux édifices ont déjà été pris d'assaut un peu partout dans le monde; GRL ayant aujourd'hui des cellules en Hollande, en Australie, en Suisse et au Brésil.

À Montréal, Wayne Murray, Benoît Mataigne, Cindy Ngan et Sarah Chamaillard d'Ubisoft, ainsi que James Braithwaite, Jeremy Der, James Patterson, Labrona et Ned Maloney de Pop Montréal ont participé à l'opération, qui s'est déroulée du 1er au 5 octobre.

Pour mieux comprendre comment on produit des graffitis virtuels, le blogue du magazine Make propose des explications très simples. Cliquez ici.

comments powered by Disqus