La référence des professionnels
des communications et du design

Culture: les agences perdent un important fonds

Les compressions du gouvernement conservateur en culture commencent à affecter directement les agences web, qui perdront le Fonds des nouveaux médias du Canada (FNMC), d'une valeur de 14,5 millions$.

Le Fonds de Patrimoine Canada, qui viendra à échéance en mars 2009, ne sera pas renouvelé, a-t-on appris cette semaine.

Le Regroupement des producteurs multimédias (RPM) s'est dit "outré" en apprenant la nouvelle.

"Plus que tout, le FNMC était le seul programme qui permettait aux producteurs de développer des projets non liés à des émissions de télévision, comme c'est le cas pour le Fonds Bell et le Fonds Quebecor, a affirmé dans un communiqué Marc Beaudet, président du RPM. Le fonds était aussi en ce sens le seul outil permettant de développer des projets multimédias autonomes de langue française. Il faudrait absolument que les pouvoirs publics examinent sérieusement la création d'un nouveau fonds de production multimédia. Autrement, on risque de perdre à tout jamais un savoir-faire exceptionnel de nos producteurs québécois."

Pour l'agence numérique Bluesponge, les compressions auront des répercussions certaines sur la production de contenu interactif. Son président, Fady Atallah, estime que quatre ou cinq projets récents ont bénéficié de façon importante du financement du Fonds par Téléfilm. "Par exemple, Made in Montréal, qui a remporté un Cyber Lion et un prix Boomerang, était financé à 50% par le Fonds", dit-il. De façon indirecte, plusieurs projets réalisés pour des tiers partis étaient aussi financés par le FNMC.

Selon Fady Atallah, les coupes entraîneront inévitablement des pertes d'emplois dans l'industrie.

De son côté, Stéphane Dumont, président de Revolver 3, estime que les compressions nuiront plus à la compétition qu'à sa propre entreprise. Il déplore toutefois les coupes puisqu'elles "affectent tout le domaine culturel auquel s'abreuvent nos créatifs".

Pour le dirigeant, les producteurs de contenu numérique n'auront d'autre choix que de se tourner vers des partenariats commerciaux, notamment par la commandite. "Mais le gouvernement aurait dû mettre en place des incitatifs, comme des crédits d'impôt, avant d'agir", estime-t-il.

comments powered by Disqus