La référence des professionnels
des communications et du design

JO: la campagne qu'on ne verra jamais

Cliquez ici pour voir toutes les photos

Créée gratuitement par le bureau parisien de l'agence TBWA pour la section française d'Amnesty International, une campagne a été jugée trop brutale par l'organisme, mais elle a tout de même circulé sur le web, enrageant du même coup les Chinois.

L'opération dévoilait des photographies dans lesquelles des policiers chinois plongent la tête d'un homme dans un bassin olympique, une dissidente est enchaînée à des haltères et, finalement, un homme est attaché à une cible de tir à l'arc.

Selon Sylvie Haurat, directrice de la communication d'Amnesty, qui s'est entretenue avec Le Figaro, "ces créations sortaient des consignes de communications fixées par Amnesty, qui préconisent de ne pas se montrer trop agressif ou brutal". Elle explique que cela a provoqué un débat à l'interne, mais affirme que le tremblement de terre de juin en Chine a incité la direction à ne pas diffuser cette campagne.

Par contre, avant de prendre cette décision, Amnesty avait donné son accord à TBWA afin que l'agence inscrive les pièces au concours des Lions de Cannes. Elle a ainsi remporté un Lion de bronze, puis s'est retrouvée sur internet et rapidement sur de nombreux sites spécialisés en pub, forums, blogues, ainsi que sur de nombreux sites chinois outrés.

Amnesty a dû réitérer: "Cette campagne existe, mais nous ne la diffuserons jamais."

comments powered by Disqus