La référence des professionnels
des communications et du design

Les publicitaires accueillent favorablement le "guide vert"

Le "Guide pour l'industrie et les publicitaires" sur la publicité écologique, que vient de publier le Bureau de la concurrence, a suscité des réactions positives chez les publicitaires.

"Nous sommes en faveur de la clarification et de la définition de termes et de comparatifs applicables à tous", dit Sébastien Fauré, président de l'Association des agences de publicité du Québec (AAPQ) et président de l'agence Bleublancrouge.

Ce document vise en effet à encadrer la communication d'affaires lorsque des éléments environnementaux sont en jeu. Parmi les conseils, on recommande d'éviter les déclarations vagues quant à des bienfaits pour l'environnement, puis l'on explique qu'elles devraient au contraire être claires, précises et exactes, et non trompeuses.

Par exemple, l'appellation "produit durable" est à éviter. La publication signale que "toute déclaration sur la durabilité d'un produit nécessite une analyse du cycle de vie, et ne peut être fondée sur un seul attribut du produit, comme son mode de gestion et d'extraction."

Il en va de même d'affirmations comme "respectueux de l'environnement" ou "écologique", considérées comme trop vagues; il est préférable de les remplacer par des formulations soutenues par des faits ("Ce produit consomme 20% moins d'électricité que notre modèle précédent").

L'emploi de divers symboles (comme la boucle de Möbius) et termes ("compostable", "dégradable", etc.) est également encadré par le guide.

L'initiative est aussi bien accueillie par les autres communicateurs interrogés. "C'est vraiment brillant de faire ça", dit Luc Du Sault, vice-président, création, de Lg2 à Québec. "Il y a beaucoup de galvaudage du mot «vert», et ce guide nous permettra d'avoir un langage commun. Cela nous servira de base sur laquelle échanger avec nos clients... et ça empêchera les publicitaires de dire n'importe quoi!"

Même son de cloche du côté de Perennia, une agence de design durable. "C'est une démarche nécessaire et pertinente pour l'industrie des communications", estime Muriel Kearny, directrice générale. Cela aidera les agences à interroger leurs clients sur le sérieux de leur démarche."

Elle souligne toutefois que de telles normes représentent un défi considérable pour les communicateurs: "Il ne sera pas toujours possible de mettre toute l'information sur une étiquette, par exemple. Il faudra donc envisager l'usage de sites web en complément, etc."

Ce guide pourrait aussi être porteur pour l'industrie. "Ce pourrait être une occasion pour le Québec de développer une expertise, à l'échelle nord-américaine, de la communication environnementale, croit Sébastien Fauré. Ce document a aussi le potentiel de faire des déclarations environnementales une tendance lourde et non une mode passagère." 

Le président de l'AAPQ ne souhaite cependant pas qu'une telle démarche se transforme en un processus contraignant supplémentaire. "Nous espérons que la direction des Normes de la publicité canadienne se penchera là-dessus afin de favoriser une autoréglementation de l'industrie", dit-il. 

Pour télécharger le Guide pour l'industrie et les publicitaires, cliquez ici.

Cette nouvelle est produite avec la collaboration de Novae.ca, le site d'actualité du développement durable.

comments powered by Disqus