La référence des professionnels
des communications et du design

Le retour des tabous

Les censeurs censurent de plus en plus! Et Carlin International met les pieds dans le plat en utilisant certains tabous comme ressorts créatifs!

C'est le retour des sujets intouchables, qui vont et viennent comme des yoyos dans l'opinion publique: la maladie, le suicide, la mort, les odeurs, la sexualité, la pauvreté et même le nu qu'on croyait libéré! Mais quand les tabous tombent, les idées se ramassent à la pub! Et le dernier cahier de tendances de communication Comm.with Me N°5 de Carlin International ose même en faire son credo. Un credo matérialisé par trois cris: Vive les projets nuls! Vive les créations mortelles! Vive les concepts out!

-          Vive les projets nuls: pour répondre à l'exigence des consommateurs blasés/gâtés, le marketing s'épuise à chercher des expériences toujours plus «fantastiques», des émotions toujours plus «sensationnelles». Pourtant Carlin affirme que le commun, le trivial, l'insignifiant peuvent être des vecteurs d'un dialogue renouvelé, d'une représentation surprenante de... banalité! Et ses experts suggèrent ainsi d'utiliser la négation comme arme de communication,  imaginant par exemple une compagnie aérienne dont le slogan serait: «nous ne volons pas dans les plumes»!

-          Vive les créations mortelles: nous sommes dans une période de redistribution des cartes, où la perception de la mort est quotidienne, qu'il s'agisse de la consommation, des ressources naturelles, des émissions à la télévision... 9 nouveaux produits sur 10 vont disparaître à peine nés! Alors pourquoi ne pas faire une fête aussi bien pour une disparition que pour une naissance? Arrêter de se cacher la face et au contraire être constructif, comme le veut le principe de la «contrainte exquise»... Et Carlin d'imaginer des faire-part de décès de marques, tout en reconnaissant que «bien sûr ce type de communication ne s'adresse pas à tous»!

-          Vive les concepts out! Plus de 60% des individus font plutôt confiance aux autres consommateurs, via les blogs par exemple, qu'aux médias pour juger une marque*. Des consommateurs engagés dans le «self empowerment» avec des valeurs d'individualisme, de matérialisme et d'hédonisme. Aux marketeurs et communicants donc d'anticiper ce mouvement en adoptant des profils décalés, des méthodes «amorales» qui désacralisent le mythe des marchés tout puissants. Ainsi pourquoi ne pas conseiller aux marques de communiquer sur les défauts de leurs produits, afin de tisser plus de lien avec les consommateurs?

Et pour conclure, Carlin conseille de tenter toutes ces audaces dans une nouvelle couleur: le jaune, «couleur taboue de la communication» affirme Véronique Bonnet, experte en anticipation créative. Ça tombe bien, c'est la couleur d'influencia, toujours en avance sur l'opinion!

comments powered by Disqus