La référence des professionnels
des communications et du design

Arte: destination les seventies

Après le succès de la programmation du "Summer of love"en 2007, ARTE surfe cet été sur le revival, à l'antenne et sur le web

Les années 70, ce sont dix années marquées par la prolongation du rêve hippie, l'espoir libertaire, l'amour sous toutes ses formes, dix années de ruptures avec l'affirmation des minorités sexuelles et ethniques, la prise de conscience de l'environnement. Et qui ont vu les genres musicaux se diversifier, se radicaliser et se mondialiser.
C'est cette révolution permanente qu'ARTE fera revivre du 8 juillet au 28 août autour de films et concerts de légende: Emmanuelle, Love Story, Bob Dylan, James Brown, Pink Floyd, Serge Gainsbourg, Leonard Cohen, David Bowie, Abba... Des soirées présentées chaque mardi par la célèbre Amanda Lear.

Et pour faire connaître au plus grand nombre son «Summer of the 70s» la chaîne franco-allemande organise une opération de cross marketing sans précédent orchestrée par l'agence Ailleurs Exactement.
Coup d'envoi: dès le mois de mai, au moment de l'opération Luxe Bohème du Printemps Haussann, projection d'une bande annonce avec extraits des programmes seventies dans un salon hippie chic aux couleurs Summer of the Seventies, et vente d'une sélection de DVD. Les 400 000 passants ont pu ainsi découvrir chaque jour l'annonce de l'opération sur la passerelle de la rue de Provence.
Depuis quelques jours également, gros buzz sur arte.tv/summer, YouTube, Daily Motion et Facebook avec des extraits de programmes et bandes annonces. Campagne de recrutement avec bannières et pavés vidéo sur plusieurs portails et sites (Orange, Pages jaunes, Mappy) pour inciter à se rendre sur le site d'ARTE et s'inscrire. Une campagne qui se poursuivra pendant tout le mois de juillet sur parismatch.fr, tele7.fr, europe1.fr, NRJ.fr.

Ce Summer of the Seventies méritait un accompagnement musical original, un «hymne» à fredonner tout l'été. Ce sera «Love is all», de Roger Glover (1974) qui  a marqué la décennie.  Le pianiste compositeur Gonzales a enregistré une reprise très personnelle de la célèbre chanson, accompagné de Mathieu Boogaerts, Jacques Higelin, Nina Hagen, Micky Green, Mieze Katz (Mia) et Dirk VonLowtzow (Tocotronic).
Mais Love is All est aussi un clip poétique tourné en 3D par Caleb Krivoshey, dans un univers délirant où les artistes sont des jouets qui dorment dans un grenier et qui reprennent vie au son de la chanson. Chacun des 7 interprètes s'est incarné dans le jouet qui a bercé son enfance. Gonzalès a choisi Simon le MC; Nina Hagen, Barbie Dark; Micky Green une Tête à Coiffer... Le clip sera diffusé sur les écrans géants des festivals rock de l'été, sur NRJ 12 et NRJ Hit, au cinéma et bien sûr sur l'antenne de la chaîne.
Le tout accompagné d'un grand jeu, d'une newsletter, de sms, de contenus ludique sur le site,  de partenariats éditoriaux sur Nostalgie (avec notamment le mythique Top of the Pops, à la sauce Philippe Manoeuvre), dans Le Monde, Le Figaroscope, la presse culturelle gratuite.
Dernier volet du dispositif 360°: une campagne radio massive en juillet août sur Nostalgie, Europe 1 et France Inter. Sans oublier les «goodies» de toutes sortes: sonneries, avatars, tee-shirts, écharpes, briquets aux couleurs seventies...
Une belle opération d 'Arte qui a osé aller au-delà de la simple annonce de programmes et communiquer de façon différente. All we need is love...


comments powered by Disqus