La référence des professionnels
des communications et du design

Remstar défend son plan de sauvetage pour TQS

En comparution devant le CRTC hier, les patrons de Remstar ont dit souhaiter ressusciter une télévision "cliniquement morte" qui ne peut compétitionner contre les modèles convergents de Quebecor et Gesca.

Les frères Maxime et Julien Rémillard reprennaient sensiblement les mêmes arguments que ceux qu'ils défendaient dans une lettre parue hier matin dans le journal La Presse.

Ils y soulignent que TQS était déjà en faillite depuis décembre 2007, avant qu'ils se proposent pour acheter le réseau. Ils affirment aussi que TQS perd 1,2 million$ chaque mois depuis janvier 2008. Les pertes accumulées se chiffreraient à 71 millions$.

Selon eux, les bulletins de nouvelles en sont grandement responsables. "Depuis 2004, les bulletins de TQS ont enregistré une baisse d'auditoire de 39% et sont responsables de 40% des pertes de l'entreprise. Ce déclin majeur s'explique notamment par la forte concurrence des puissants réseaux convergents comme TVA-Quebecor, La Presse-Gesca ainsi que par la migration du public vers les chaînes d'information continue (RDI, LCN) etcInternet", écrivent-ils.  

Les acheteurs pressentis ont affirmé vouloir continuer à faire de l'information en priorisant toutefois l'analyse et les interventions du public.

Devant le CRTC hier, les dirigeants de Remstar ont eu droit à un feu nourri de questions, selon la Presse canadienne. Interrogé à savoir comment Remstar peut abolir les bulletins de nouvelles sans même une étude de marché, Maxime Rémillard a rétorqué: "Ça fait 22 ans que cette entreprise perd de l'argent. Elle a perdu 225 millions$. Il ne faut pas dépenser 250 000$ dans une étude pour savoir quelle émission, quel produit sur les ondes de TQS sont rentables et ne le sont pas".

comments powered by Disqus