La référence des professionnels
des communications et du design

BONAF Project: le téléspectateur "co-producteur"

Aux Caméras citoyens! Formez vos équipes! Filmons, filmons, pour la TV 2.0 et pour abreuver toutes nos télévisions...

Et oui peuple de France! Saisissez votre chance. L'occasion vous est donnée aujourd'hui de réaliser vos propres émissions et de devenir un rouage central du mécanisme audiovisuel français.
Jusqu'à maintenant, le grand public pouvait se faire plaisir et avoir le sentiment de participer à la «grande» oeuvre télévisuelle française. Il alimentait ainsi depuis 4 ans, "Les films faits à la maison" de Canal+, où encore participait au JT de 13h de Jean-Pierre Pernaut sur TF1, en envoyant des reportages amateurs.
Il s'agit cette fois-ci d'un véritable projet industriel et financier. BONAF Project est un site collaboratif et offre pour la première fois - en France - aux téléspectateurs internautes la possibilité de jouer «le premier rôle» dans le processus de conception d'un programme pour la télévision.
Alors comment ça marche? Les internautes sont invités à envoyer directement sur le site, leurs idées et concepts sur supports vidéo, audio ou texte. Une fois le tri effectué, les heureux élus développent le projet avec Bonaf Company, à l'origine de BONAF Project. La société de production offrira aux  plus créatifs  des royalties proportionnelles à la vente et à la diffusion télé ou sur tout autre support. Et s'ils ont la de la chance, peut-être verront-ils un jour leur chef d'oeuvre passer en prime time sur TF1 ou France Télevisions!
En tout cas la télévision et la production audiovisuelle collaborative fait des émules... in: fluencia avait déjà, le premier, annoncé il y a quelque mois un cas similaire en Grande Bretagne, Have You Got The Nerve. Le concept débarque aujourd'hui en France avec un petit plus non-négligeable. Le modèle français est 100% gratuit, comparé au cousin anglais où il faut débourser 60 livres pour toucher des dividendes.
La génération de la participation  est de plus en plus sollicitée et pas seulement par les marques. Aujourd'hui toute entité avec un numéro de Siret peut demander le concours des consommateurs et générer le buzz autour de sa structure. Croyez-nous, cette génération P n'est pas prête d'avoir la paix car elle vaut de l'or!

comments powered by Disqus