La référence des professionnels
des communications et du design

Le vin: l'or rouge français

Le printemps et les primeurs ont été l'occasion pour l'Ifop et Wineandco d'une enquête goût-consommation des Français sur le breuvage national.

Depuis la nuit des temps, le vin fédère les hommes et en France plus qu'ailleurs encore! Si le budget moyen annuel consacré à l'achat de vins pour une consommation personnelle est de 516 euros, il ressort néanmoins que deux types de clients coexistent. L'initié représente environ 34 % de la population, dépense 1070 euros et est surtout attaché aux vins rouges. Et le néophyte (64 % de la population), qui consacre 542 euros à cet achat.

On notera que le vin est plus que jamais un vecteur de lien social et l'occasion d'échanges par le biais de communautés virtuelles (Facebook, Viadeo...) et que l'achat demeure principalement un acte plaisir et non pas un placement financier. La notion de convivialité partagée trouve sa pleine expression dans le développement de l'oenotourisme qui progresse chaque année avec la Champagne, le Bordelais et l'Alsace comme régions de prédilection.

Universellement les Français restent très attachés aux vins de l'hexagone et seule l'Italie trouve grâce à leurs yeux avec quelques 12% d'achats seulement. Ce chauvinisme a ses préférences avec, sur le plus haut du podium, une place de choix (83 %) pour le rouge, la seconde marche pour le blanc (55 %), la troisième pour le champagne, puis le rosé et les pétillants. Au palmarès des vins de régions, Bordeaux à 68 %, Bourgogne à 53 %, Vallée du Rhône et Champagne (46 %), Alsace et Provence (38 %). Au final, les paramètres qui guident le consommateur sont avant tout la région et ses terroirs, puis le prix, l'année, le millésime, l'AOC et le cépage.

Malgré les nombreuses possibilités d'achat sur le net, le plaisir et la convivialité restent les atouts majeurs du vin, ce qui donne de l'eau au moulin de la phrase de Baudelaire «le vin est le plus court chemin entre un homme et un autre homme».

 

comments powered by Disqus