La référence des professionnels
des communications et du design

La révolution se fera aussi à la télé

Cliquez ici pour voir la photo agrandie

David Verklin, grand patron de Carat pour l'Amérique et auteur de "Watch This, Listen Up, Click Here", qui sera à Montréal après-demain, explique pourquoi il faut revoir entièrement le modèle d'affaires en télé.

Les chapitres de son livre portent des titres comme "Why Advertisers Have Stopped Laughing at Sitcoms"; "Why Newspapers Hate Craig and his Infamous List"; "Why the Super Bowl is Still Super"; "Why Wikipedia Ticks Off the Other Media"; "Why Oprah Gave Away Pontiacs".

C'est la première fois en 30 ans que le modèle de la télévision est remis en question et le traditionnel 30 secondes télé est plutôt vulnérable, souligne David Verklin, qui propose de revoir le tout.

Votre livre s'adresse clairement à un public de non spécialistes. Pourquoi avoir abordé les médias sous cet angle?
De nombreux gens dans le métier m'ont dit: "Mes parents ne comprennent pas mon travail!" J'ai voulu démystifier tout le domaine des médias, tous les phénomènes récents qui touchent les médias aujourd'hui et qui influencent le travail de stratégie média. Et j'ai vraiment voulu le faire dans un langage clair et simple. À cet égard, je dois d'ailleurs souligner le travail de la coauteure, la journaliste Bernice Kanner, décédée quelques semaines après la remise du manuscrit final. Au fond, nous avons un peu voulu faire pour les médias le travail de volumes comme ceux de David Ogilvy (fondateur du réseau Ogilvy & Mather) à l'époque, ou, plus récemment, celui de Donny Deutsch, fondateur de Deutsch Advertising. Finalement, le livre s'est vendu énormément dans les collèges et les universités. C'est un outil d'éducation.

Et que vouliez-vous communiquer à ceux qui, eux, travaillent dans les agences et les médias?
Ce que je mets de l'avant, ces temps-ci, autant que je peux, c'est l'importance d'annoncer à un public intéressé. Carat a comme client le fabricant de nourriture pour animaux Iams. Il veut, et nous le désirons aussi, que ses publicités de nourriture pour chien soient vues par les gens qui possèdent un chien. Ça ne nous donne pas grand-chose qu'elles soient vues par des gens qui n'ont pas de chien, ce qui est encore beaucoup le cas.

Comment voyez-vous évoluer le modèle d'affaires de la télévision et la pub télé?
En ligne, le modèle existe déjà: c'est clair que, avec Internet, on applique parfaitement le principe d'annoncer pour un public intéressé. En télé, toutes sortes de choses sont en développement. Je regarde beaucoup, notamment, la technologie élaborée par Invidi, qui peut permettre de cibler les pubs télévisées.

Un des chapitres de votre ouvrage s'intitule "Why the Super Bowl is Still Super". Quelle place restera-t-il à la télé telle que nous la connaissons?
Le 30 secondes télé va continuer d'exister, c'est sûr. Et des événements comme le Super Bowl ou les séries de la coupe Stanley prennent une importance plus grande que jamais. Avec une pub dans le Super Bowl, on atteint 40% de la population américaine d'un seul coup. Il n'existe plus beaucoup d'occasions comme ça. Évidemment, ça n'a rien de ciblé. Mais certains biens de grande consommation n'ont pas besoin de cibler leur auditoire, au contraire.  

Pour en savoir plus sur le livre de David Verklin et lire son blogue, cliquez ici

Afin d'en savoir plus sur la présence de David Verklin à la Journée-conférences Infopresse du 9 avril, cliquez ici.

Pour entendre David Verklin en entrevue à Business Week, cliquez ici.

comments powered by Disqus