La référence des professionnels
des communications et du design

Le placement de produit fait parler

Les initiatives de cette saison en placement de produits à la télévision québécoise, diverses et parfois inusitées, se sont fait remarquer récemment.

Au cours des derniers mois, les téléspectateurs ont pu voir, entre autres, une émission spéciale du jeu Paquet voleur, à Radio-Canada, dont les concurrents se nommaient tous Jean Coutu. La télésérie Les Boys, diffusée elle aussi sur la chaîne publique, a intégré à son scénario le personnage des publicités de Familiprix.

Le réseau TVA a quant à lui diffusé en février une émission spéciale de l'émission Le Banquier qui laissait une grande place au détaillant de lingerie La vie en rose. Une concurrente et ses supporters y étaient vêtus de vêtements de nuit. L'un des épisodes de la série Taxi 22 a par ailleurs intégré à son scénario le placement de la marque VitroPlus.

Dernier en date, le placement publicitaire pour les magasins d'ameublement JC Perreault dans deux épisodes de la série Casino, à Radio-Canada a  fait réagir le chroniqueur de La Presse Marc Cassivi, qui a qualifié la pratique d'"indigne d'une télévision publique".

La placement dans Casino a été élaboré par la maison de production, Avanti , qui souligne y avoir eu recours pour des questions budgétaires. "Nous partions avec un déficit pour la deuxième saison, explique Monic Lamoureux, directrice générale d'Avanti. D'où l'idée de travailler avec un annonceur qui en tirerait lui aussi un avantage."

Dans le cas de l'émission spéciale de Paquet voleur, l'idée du placement est aussi venue du producteur, la maison Bubbles, raconte Renée Petranic, directrice aux achats chez Bos.

Et la tendance va s'amplifier, prévoit Frédéric Rondeau, directeur média de Bos, qui a travaillé avec Radio-Canada à l'émission spéciale intégrant Jean Coutu. "Les coûts de production augmentent. Le placement représente un revenu non négligeable pour les réseaux de télévision et une façon pour les annonceurs de se démarquer."

Il précise néanmoins que, pour apporter de la crédibilité au produit, le placement doit rester subtil. "Sans quoi, l'annonceur risque d'irriter le téléspectateur". Mais il reste, dit-il, qu'"il n'existe peut-être pas de meilleure façon de montrer un produit."

comments powered by Disqus