La référence des professionnels
des communications et du design

Les journaux gratuits poursuivent leur croissance

24 heures et Métro ont connu des hausses respectives de 18% et 11% de leur lectorat sur cinq jours, alors que les quotidiens payants poursuivent leur déclin, selon les résultats pour 2007 dévoilés hier par NADbank.

La Presse montre une perte de 4% de ses lecteurs sur cinq jours et de 3% sur une semaine complète. Le Journal de Montréal, lui, accuse un recul de 5% dans les deux catégories. "Mais du point de vue de Quebecor, l'offre aux annonceurs se maintient grâce à la hausse du 24 heures", affirme Jean-François Bélanger, directeur de la recherche marketing au Journal de Montréal.

The Gazette subit toutefois la plus forte baisse parmi les quotidiens montréalais. La publication anglophone a perdu 14% de son lectorat sur cinq jours et 10% sur une semaine complète. "Mais nous connaissons une hausse de 5% dans la catégorie «lu hier», ce qui est exceptionnel dans le contexte du déclin des lectorats des journaux payants", note Bernard Asselin, vice-président, marketing, de The Gazette.

The Globe and Mail encaisse un recul de 12% sur cinq jours et de 18% sur sept jours dans la région montréalaise. Sur l'ensemble du pays, la baisse est moins importante, soit de -0,5% et de -2%.

Pour sa part, le National Post subit une perte de lectorat de 6% sur cinq jours et de 7% sur la semaine.

Pour la première fois cette année, NADbank publie dans son rapport public les taux de lecture des sites Web des quotidiens. "Nous mesurons toutefois cette donnée depuis 2001", dit Anne Crassweller, présidente de NADbank Toronto.

Le site Web de La Presse attire 287 000 lecteurs de façon hebdomadaire, tandis que le lectorat de The Gazette se chiffre à 96 400. Pour sa part, The Globe and Mail attire 64 200 lecteurs montréalais sur son site Web.

Toutefois, ces lecteurs ne viennent pas nécessairement compenser les pertes des versions imprimées. Selon Anne Crassweller, les lecteurs en ligne sont souvent les mêmes que ceux des versions papiers. "La bonne nouvelle, c'est que ça permet aux quotidiens d'avoir plus d'impact", dit-elle.

De façon globale, dans la région montréalaise, 50% des adultes ont lu un quotidien hier, 69% au moins un entre lundi et vendredi, 74% au moins une édition imprimée entre lundi et dimanche, et 76% soit une édition imprimée ou une édition Internet durant la semaine. Cela représente une baisse de 2% des taux de lecture dans les trois premières catégories, la dernière étant divulguée pour la première fois.

La marge d'erreur pour les diverses publications montréalaises varie d'un quotidien à l'autre, mais se situe dans tous les cas sous 2%.

Pour consulter le communiqué de NADbank, incluant les divers tableaux, cliquez ici.

comments powered by Disqus