La référence des professionnels
des communications et du design

Les Chinois dans le collimateur des animaux!

Cliquez ici pour voir la photo agrandie

Que diraient les animaux du genre humain s'ils avaient la parole? Peut-être pas grand-chose si ce n'est une envie farouche de lui faire la peau!

Surtout ne regardez pas à droite! Vous avez un bébé phoque qui vous aligne avec son fusil à lunette infrarouge. Et évitez de vous tourner sur la gauche vous auriez le même problème avec un ours.
Mais pourquoi donc les animaux se comportent-ils en vrais guérilléros et en rébellion contre l'ordre chinois? Peut être parce l'homme est à l'origine de l'extinction de 816 espèces uniquement sur le territoire de l'empire du Milieu... Chiffre qui, à plus d'un titre, a de quoi irriter l'organisation internationale WWF, à l'origine d'une campagne de sensibilisation sur les animaux disséminés par l'homme. Des races comme le tigre de Sibérie ou l'Ours de Chine continuant d'être tuées pour la fourrure ou la composition de produits médicinaux ancestraux.
L'agence Ogilvy et Mather Beijing a mis en place dans un passage sous terrain fréquenté de Pékin, des portraits d'animaux en position de tireurs d'élite prêts à shooter. Le premier stand de tir d'humains réservé aux animaux avait pour but d'inverser la réalité et de choquer les Pékinois sur un fléau provoqué par leurs semblables au dépend des autres...
Au centre de chaque photo d'animaux un vrai point infrarouge illuminait les passants et déclenchait un coup de feu qui résonnait dans le tunnel! Pas moins de 9000 personnes en une journée ont été shootées et choquées par cette campagne à la fois agressive mais ô combien efficace. Des bénévoles se trouvaient à chaque extrémité du passage et proposaient de rejoindre les rangs de l'ONG.
L'opération était tellement bruyante qu'elle fut suspendue au bout de 24 heures mais l'effet et le buzz étaient au rendez vous. En l'espace d'une journée, 57 volontaires ont été recrutés grâce à cette campagne qu'il aurait été bon d'internationaliser.


comments powered by Disqus