La référence des professionnels
des communications et du design

Succès croissant pour les paniers bios d'Equiterre

Les livraisons de paniers de légumes ont généralement lieu de la fin juin à la fin octobre. (Photo: Nathalie Bergeron)

La saison 2008 du programme d'agriculture soutenue par la communauté, dont les inscriptions viennent de débuter, devrait attirer quelque 33000 citoyens. Ce programme, créé par Equiterre il y a près d'une quinzaine d'années, permet de mettre en lien les producteurs agricoles locaux et les citoyens. En y adhérant, le citoyen contribue directement à l'activité agricole du Québec : la totalité de l'argent qu'il verse pour ses fruits et légumes biologiques revient au fermier. Et ce dernier peut ainsi dès le début de la saison prévoir sa production en fonction du nombre d'abonnés.

Le réseau poursuit sa croissance puisque, cette année, il compte 114 fermes maraîchères ou d'élevage, et desservira une 14e région depuis qu'une ferme en Gaspésie s'est jointe à l'initiative. Equiterre estime que 33000 Québécois y participeront cette année.

"Une telle croissance est signe que les citoyens et les agriculteurs s'engagent dans un dialogue qui ne peut que faire évoluer le modèle agricole du Québec. C'est très encourageant !", dit Isabelle Joncas, responsable du réseau chez Equiterre.

Rappelons que l'agriculture soutenue par la communauté représente de nombreux avantages, tant pour le consommateur que pour l'exploitant agricole : on privilégie une alimentation saine, on réduit la distance parcourue par les aliments (150 km en moyenne plutôt qu'entre 2 400 km à 4 000 pour un panier d'épicerie "standard", selon le WorldWatch Institute), et, à l'heure où le récent rapport Pronovost atteste que la situation de l'agriculture au Québec est alarmante, on contribue à dynamiser l'économie des régions et à assurer aux agriculteurs des revenus plus justes.

Pour s'informer sur les modalités de fonctionnement, la liste des fermes participantes et les différents points de livraisons, cliquer ici.

comments powered by Disqus