La référence des professionnels
des communications et du design

HEC prépare sa politique verte

Michel Patry, directeur de HEC Montréal, Paul Lanoie, directeur du développement durable, et Ginette Bureau, présidente de Recyc-Québec.

HEC Montréal a présenté les bases de sa future politique de développement durable, qui visera les habitudes de vie sur le campus, mais également les cours et travaux de recherche. Lors d'un événement tenu la semaine dernière, HEC Montréal a présenté à ses employés et étudiants les grandes lignes de ce que sera sa politique de développement durable, dont la disponibilité est prévue pour ce printemps.

Ses engagements à l'égard du développement durable concerneront trois grands axes : la vie sur le campus, l'enseignement et la recherche.

En ce qui concerne la vie sur le campus, la politique comprendra sept volets d'intervention : réduction des émissions de gaz a effet de serre liées au transport, baisse de consommation de papier, recyclage des matières résiduelles, efficacité énergétique, approvisionnement vert, événements éco-responsables et services à la communauté.

L'établissement est actuellement à l'étape de dresser l'état des lieux, en ce qui concerne deux actions prioritaires : le transport et les matières résiduelles. Dans le premier cas, HEC a mené, en collaboration avec l'Agence métropolitaine de transport et le Centre de gestion des déplacements Côte-des-Neiges, un sondage auprès des étudiants et du personnel ; l'analyse des résultats lui permettra de mettre en oeuvre des actions en lien avec le covoiturage ou le transport en commun.

Concernant les matières résiduelles, l'établissement s'est engagé dans le programme ICI on recycle, de Recyc-Québec. HEC souhaite atteindre le 3e niveau de ce programme -- reconnaissant les taux de récupération de 80% -- d'ici 4 ou 5 ans.

HEC souhaite également intégrer l'approche développement durable à l'enseignement, dans le contenu des différents cours ainsi que dans la manière même d'enseigner : les outils informatiques permettant de réduire l'utilisation du papier et la possibilité de développer des cours à distance, qui réduisent les besoins en déplacement, sont quelques-unes des pistes de réflexion.

Enfin, un Groupe de recherche interdisciplinaire en développement durable a été mis sur pied. L'une des concrétisations de ce groupe sera la tenue, l'automne prochain, d'un premier colloque annuel sur le développement durable.

comments powered by Disqus