La référence des professionnels
des communications et du design

Astral Media veut séparer public et privé

Après Rogers, c'est au tour d'Astral Media de proposer la création de deux volets distincts pour le Fonds canadien de télévision.

En audience devant le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) hier matin, l'entreprise s'est prononcée pour la formation de deux entités, l'une publique, l'autre privée.

Astral souhaite que les fonds émanant du gouvernement fédéral soient réservés aux diffuseurs publics, puis qu'un autre fonds, constitué par les entreprises de distribution de radiodiffusion, soit réservé aux diffuseurs privés commerciaux. Cette suggestion rejoint en partie la position de Quebecor Média, qui voudrait créer un fonds consacré à ses propres productions.

À l'heure actuelle, le Fonds canadien de télévision est financé à hauteur de 120millions$ par le gouvernement et de 150millions$ par les câblodistributeurs et fournisseurs de signaux par satellite.

Par ailleurs, rapporte la Presse canadienne, le CRTC a rendu publiques les lettres échangées récemment entre le patron de Shaw Communications, Jim Shaw, et le président du CRTC, Konrad von Finckenstein. Jim Shaw, au même titre que Vidéotron, est à la source de la crise qui a secoué le Fonds, l'an dernier, lorsqu'il a suspendu sa contribution.

Dans sa lettre, il déclare que le Fonds canadien de télévision, constitue "du gaspillage de millions de dollars payés par les abonnés et les contribuables". Il évoque "l'échec du Fonds" et prévient le CRTC: "Nous allons continuer de suivre le dossier avec un intérêt soutenu et nous ne disparaîtrons pas".

Konrad von Finckenstein lui a répliqué que le CRTC avait lui aussi à coeur le fait que l'argent des contribuables soit justement affecté et dépensé. Shaw, qui avait déclaré vouloir boycotter les audiences, comparaîtra finalement aujourd'hui.

comments powered by Disqus