La référence des professionnels
des communications et du design

Deux fonds distincts pour la télévision?

En audience devant le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) hier, Rogers communications a demandé la création de deux fonds distincts pour la télévision.

Le groupe a proposé que le premier, provenant des contributions des entreprises privées, soit axé sur les succès d'écoute, puis que le deuxième repose sur des critères culturels et sociaux.

La suggestion a suscité des réactions de l'Association des producteurs de films et de télévision du Québec (APFTQ) et de l'Union des artistes (UDA), présentes, comme la Société des auteurs de radio, télévision et cinéma (Sartec) pour exposer leurs positions quant à l'avenir du Fonds canadien pour la télévision hier matin devant le CRTC.

"Scinder le Fonds en deux parts ne serait pas souhaitable, dit Raymond Legault, président de l'UDA. Il serait plus juste de pratiquer quelques ajustements, en redéterminant par exemple qu'elle est sa mission prioritaire", ajoute-t-il sans donner plus de détails. 

L'organisme s'est par ailleurs dit opposé à la création d'un fonds Quebecor, dont l'utilisation serait réservée aux produits du groupe.

"Ces contributions et les crédits d'impôt de la Société de développement des entreprises culturelles (Sodec) représentent un tiers du financement des productions, rappelle Raymond Legault. Empiéter sur le Fonds serait catastrophique pour les créateurs et pour les diffuseurs traditionnels."

Raymond Legault se dit tout de même rassuré par son passage devant le CRTC. "Au départ, j'avais des appréhensions quant aux conséquences du rapport du groupe de travail du Fonds canadien de télévision, mais l'écoute a été bonne."

comments powered by Disqus