La référence des professionnels
des communications et du design

Radio-Canada rejette les accusations de la ministre St-Pierre

Radio-Canada a vivement réagi hier aux propos de la ministre Christine St-Pierre, qui lui a attribué la responsabilité d'une éventuelle faillite de TQS.

La ministre québécoise de la Culture, des Communications et de la Condition féminine a vertement attaqué son ancien employeur lors d'une conférence de presse pour le lancement de son livre vert sur le patrimoine.

"Si TQS meurt, on va trouver une balle de Radio-Canada près de son coeur", a-t-elle déclaré , en réponse à la question d'un journaliste. La ministre faisait référence à la désaffiliation de Radio-Canada des stations régionales de TQS à Sherbrooke, Trois-Rivières et Saguenay.

La réaction de Radio-Canada ne s'est pas fait attendre. Dans un communiqué, la chaîne publique a réitéré les propos tenus par son président principal, Sylvain Lafrance, en décembre: "(...) nous souhaitons que le réseau TQS puisse trouver des solutions viables et rejetons toute accusation nous liant, directement ou indirectement aux problèmes de ce réseau".

Marc Pichette, directeur des communications de Radio-Canada, a tenu à préciser que TQS éprouvait déjà des problèmes financiers avant la décision de désaffiliation de Radio-Canada.

"Qui plus est, cette transformation ne sera effective que le 31 mars 2009, ce qui laisse amplement le temps à TQS de s'ajuster."

TQS agit à titre d'opérateur et de diffuseur des émissions régionales de Radio Canada à Sherbrooke, Trois-Rivières et Saguenay, depuis son rachat par Cogeco, en 2002.

Radio-Canada a décidé de se désaffilier afin, selon Denis Pelerin, directeur des communications régionales, de "consolider et de développer l'implantation de la chaîne en région en faisant davantage appel aux ressources régionales".

TQS n'a pas émis de commentaires.

comments powered by Disqus