La référence des professionnels
des communications et du design

La génération P à la rescousse de Mountain Dew

Cliquez ici pour voir la photo agrandie

[Influencia] Les amoureux de Mountain Dew vont avoir fort à faire dans une aventure épique qui a pour but la création d'une boisson.

Pour séduire les 18-24 ans, la marque de PepsiCo a mis les grands moyens: peuple opprimé, dictateur, armée acquise à sa cause et sauveur du monde, jeune, beau et anonyme... Tout ce joli petit monde est réuni dans un univers mélangeant métal et mythologie.

C'est le synopsis de la dernière campagne de communication (télé, radio) de la boisson gazeuse Mountain Dew pour la sortie de son nouvel élixir, conçue par WhittmanHart Interactive.

Tout commence dans un univers où un peuple opprimé par son chef cherche le salut par l'entremise d'une boisson libératrice. "Le joueur-sauveur" a pour mission de participer à toutes les étapes de la confection de la boisson (goût, couleur, nom, étiquette, logo). C'est une avancée notoire dans la participation du consommateur, qui ne se contente plus de choisir la saveur, mais qui endosse la responsabilité de la conception du produit d'A à Z. Le site Internet le plonge en page d'accueil, avec l'aide d'une bande-annonce digne d'un "blockbuster" américain, dans un monde à mi-chemin entre Le Seigneur des anneaux et Blade Runner.

Plusieurs "chambres" ont été créées pour chaque étape menant à la confection de la "potion magique". Par exemple, pour choisir le goût, il faudra franchir des obstacles permettant de passer à la chambre suivante.

PepsiCo a retenu les services du récent oscarisé Forest Whitaker pour la création des personnages et du scénario. La réalisation a été confiée à Illusion Arts, de Californie.

Dewmocracy est en ligne depuis novembre 2007 et prendra fin en février 2008 à l'issue d'un vote public parmi les trois meilleures créations proposées. La nouvelle boisson empreinte de liberté sera mise en vente en juillet 2008.

Ce texte est tiré du site Influencia, propriété des Éditions Infopresse.

comments powered by Disqus