La référence des professionnels
des communications et du design

Les ennuis de TQS étaient prévisibles

Gilbert Marin, un consultant en médias et président d'Espace M ayant signé de multiples rapports et études pour des stations privées et publiques, répond aux questions d'Infopresse quant aux problèmes financiers de TQS.

Comment expliquez-vous les difficultés de TQS à s'attirer des revenus publicitaires?
Son problème trouve sa source en partie dans la structure même du marché de la télé québécoise. Les coûts par point de la publicité sont moins élevés chez nous que dans le reste du Canada. Et pour cause, l'inventaire y est plus grand, car la télé a ici un plus grand pouvoir d'attraction. Donc, l'inventaire y étant plus élevé, les prix sont plus bas. Quand on songe que le Québec compte sept millions d'habitants, c'est remarquable qu'on puisse faire vivre 3 chaînes généralistes et 15 spécialisées. Ce que vit TQS n'a rien d'étonnant dans un tel contexte.

Que pensez-vous de l'idée que TQS touche des revenus d'abonnements?
Ça fait 10 ans que je dis que les chaînes privées généralistes devraient y avoir accès. C'est un non-sens qu'elles génèrent 50% du volume d'écoute et qu'elles n'aient pas droit aux revenus d'abonnements. Surtout que les chaînes spécialisées viennent de plus en plus gruger dans leurs revenus. Au départ, la publicité représentait 10% des revenus totaux des chaînes spécialisées, c'est maintenant 20%, le reste étant des revenus d'abonnements.

Mais les consommateurs ne seront sans doute pas d'accord pour payer plus...
La perspective de payer pour un service auparavant gratuit ne les réjouit peut-être pas. Mais si l'on demandait à tout le monde de choisir entre payer 2$ de plus par mois pour avoir droit à TVA et TQS ou les voir disparaître, que pensez-vous qu'ils répondraient? Et puis, ne paient-ils pas déjà pour des bouquets de chaînes spécialisées dont plusieurs qu'ils ne regardent pas? Pourquoi ne pas payer pour des chaînes qui offrent des rendez-vous davantage grand public? On a des choix à faire. Personnellement, je pense que ce serait une perte de ne plus avoir TQS. D'abord, ils ont été très innovateurs et ont lancé beaucoup de concepts repris ailleurs. Avec moins de joueurs, ça fait moins d'émulation. Et au point de vue publicitaire, ça se transposerait par une hausse des prix.

comments powered by Disqus