La référence des professionnels
des communications et du design

TQS fait face à la faillite

TQS a annoncé hier qu'elle a obtenu une ordonnance de la Cour supérieure du Québec en vertu de la Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies.

L'ordonnance vise à permettre une réorganisation des activités de la chaîne, qui compte près de 650 employés.
 
TQS, qui connaît d'importantes difficultés financières, avait déjà supprimé une quarantaine de postes le 30 octobre dernier. Cogeco et CTVglobemedia, copropriétaires du réseau, avaient également annoncé que la vente de TQS était envisagée.

Un article du site Web du journal Les Affaires affirmait même hier que Cogeco pourrait tout simplement se retirer du secteur de la télévision.

Dans un communiqué émis hier, TQS identifie plusieurs raisons pour expliquer sa situation. "L'érosion graduelle des revenus tirés de la publicité, au profit des chaînes de télévision spécialisées et du contenu accessible sur Internet jumelée à l'augmentation des coûts de production, le refus récent du Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) d'octroyer aux chaînes de télévision généralistes la possibilité de percevoir des frais d'abonnement pour la distribution de leur signal comme le font les chaînes de télévision spécialisées, la stratégie d'antenne de la Société Radio-Canada (SRC), qui se comporte comme un acteur commercial et non comme une télévision d'État, ainsi que l'avis de désaffiliation signifié à TQS par la SRC pour Saguenay, Sherbrooke et Trois-Rivières, après une association de 50 ans, ont contribué à la décision prise par le conseil d'administration de TQS", écrit la chaîne.

"TQS est victime de circonstances hors de son contrôle, a déclaré dans le même communiqué Louis Audet, président et chef de la direction de Cogeco et président du conseil d'administration de TQS. Toutefois, d'autres que nous, les actionnaires de TQS, ont les leviers nécessaires pour apporter une solution durable. Nous avons espoir que ceux-ci saisiront l'occasion pour apporter les ajustements qui s'imposent pour sauver la télévision généraliste privée francophone."

Les propriétaires de TQS ont mandaté il y a deux mois la firme Marchés mondiaux CIBC afin de dénicher des acheteurs potentiels. Toutefois, aucune offre d'achat n'a été présentée à ce jour.

comments powered by Disqus