La référence des professionnels
des communications et du design

Le monde virtuel selon Coca

Bienvenue à CC Metro, un nouvel univers 3D où l'on dort, dîne, consomme et pense comme le soda américain.

Sony, Levi's, MTV, Coca... C'est  le fantasme de toute grande marque: concevoir une société à son image,  à ses couleurs, et être reconnue comme la marque suprême... Voila une utopie qui n'est pas pour demain, alors pour évacuer cette frustration qui perdure, mieux vaut suivre une thérapie sur le net.
En attendant une hégémonie parfaite, Coca-Cola vient de lancer CC Métro,  son monde virtuel à la sauce  Second Life version light. Les amoureux de la marque peuvent, depuis une semaine se retrouver avec leurs avatars sur une île... en forme de bouteille de «Coke». Ils auront désormais la possibilité de faire du shopping, aller au théâtre,  au cinéma et même faire de « l'hoverboard » comme dans le mythique «Retour vers le futur II».  La marque préférée du Père Noël héberge son « îlo-bouteille » sur there.com,  l'un des plus grands sites spécialistes de mondes virtuels ayant entre autres pour faits d'arme, l'hébergement de «Virtual Laguna Beach», l'une des émissions vedettes de MTV.
Que va-t-on trouver d'original dans ce nouveau monde virtuel?
En matière de décor et de maniabilité, CC Métro bénéficie des dernières innovations. Il est en revanche beaucoup plus difficile de s'exprimer sur there.com que sur Second Life. Les textes, actions et jeux d'adultes sont limités voir interdits, l'éthique y est plus rigoureuse que sur n'importe quel autre site du même acabit. Un petit baiser sur la joue, et puis s'en va... Makena Technologies, la société créatrice de there.com utilise des softwares garde-fous limitant les dialogues et actions tendancieuses.
L'innovation vient surtout du lien entre la virtualité et la réalité. Les alter-ego des consommateurs peuvent à loisir acheter des vêtements ou des accessoires avec des points récoltés dans les capsules des bouteilles de Coke achetées dans un vrai magasin avec de l'argent réel. Le virtuel a donc une incidence directe sur le comportement du consommateur. L'aspect social est bien présent mais il est combiné à une action de commerce perceptible et assumée par la marque. Coca a tout compris au business, mais ça, on le savait déjà!
Coca n'en est pas à ses débuts, puisque la marque fut l'une des premières à se lancer dans le monde virtuel il y a 5 ans avec Coke Studios sur mycoke.com aujourd'hui toujours en vie,  mais pour combien de temps encore? CC Metro est supposé compléter l'effort du groupe Coca poursuivi depuis plusieurs mois dans le milieu des sites communautaires, notamment avec Sprite Yard, un site sur le partage de fichiers via les téléphones portables déjà en place depuis juin en Chine et aux USA . Coca est également depuis peu un «ami parmi les amis» avec un profil Coca sur Facebook.
Incroyable, les consommateurs nagent aujourd'hui tellement en plein virtuel qu'il est désormais possible d'alimenter une amitié avec une entité non-humaine.  Avec E-T, cela reste envisageable mais avec une marque?

comments powered by Disqus