La référence des professionnels
des communications et du design

Se faire des amis... et les garder

À l'occasion de la remise des prix Boomerang, Infopresse présente l'opinion des spécialistes du marketing Web sur les meilleures conditions d'utilisation des réseaux sociaux, qui, comme le démontre une étude récente, posent souvent un casse-tête aux annonceurs.

Voici en vrac, les mots d'ordre qu'ils ont donnés...

Interagir - L'utilisation des réseaux sociaux comme support publicitaire n'a pas la cote auprès des agences. Et pour cause. "Je décommande à mes clients de produire des bannières standards sur ces sites Web. Les gens y sont vraiment pour connecter avec leurs amis. Et ça parait dans les taux de clic, beaucoup plus faibles sur ces sites." Mai Duong, directrice des médias interactifs de Touché!phd.

Être utile - "Il faut donner quelque chose aux consommateurs. Pour que quelqu'un réfère un site ou une application à ses amis, il faut être mauditement «cool». Personne n'a envie de passer pour un «pousseux de pub»." Martin Ouellette, président de Provokat.

Être honnête - "Un annonceur doit être transparent dans sa démarche, dire qui l'on est et pourquoi l'on approche les gens. Sinon, cela va se retourner contre nous." - Jean-Christophe Yacono, designer Web contractuel.

Être soi-même - "Les réseaux sociaux ne sont pas la place pour un recadrage d'image. Si l'on est un chien et qu'on prétend être un chat, deux choses peuvent arriver: ou bien l'on attire les chiens quand même, qui vont se demander pourquoi l'on prétend être un chat. Ou bien l'on attire les chats, qui, tôt ou tard, se rendront compte et nous ferons savoir qu'on est un chien!" Martin Lessard, blogueur de Zéroseconde.

Y mettre de l'énergie - "Plus on met d'énergie sur le développement et l'entretien d'un groupe d'affaires, plus on a de chances qu'il rapporte. Le chanteur Puff Daddy compte un million d'amis sur MySpace, mais il a une équipe consacrée à l'entretien de sa page!" - Cédric Orvoine, directeur des communications d'Ubisoft.

Diversifier son approche - "Sur les 5400 applications de Facebook, moins de 1% sont téléchargées par plus de 100 000 personnes dans le monde, c'est un peu jouer à la loterie. Pour une meilleure chance, vaut mieux employer des médias ailleurs." - Martin Ouellette.

Infopresse aborde aussi la question du marketing sur les réseaux sociaux comme Facebook et MySpace dans son édition de décembre, consacrée aux prix Boomerang et aux communications interactives.

comments powered by Disqus