La référence des professionnels
des communications et du design

Les publicitaires français entendent les revendications écologistes

Extrait d'une publicité de LandRover, pointée du doigt par l'Alliance pour la planète : représenter un 4x4 hors des voies de circulation est interdit par la loi française.

Le Bureau de la vérification de la publicité (BVP) vient d'adopter deux réformes destinées, notamment, à éviter les dérapages du "greenwashing". L'organisme professionnel, qui regroupe annonceurs, agences de communication et médias, répond ainsi aux critiques formulées depuis plusieurs mois par les ONG à l'égard des publicitaires (lire notamment cet article), et reprises lors du Grenelle de l'environnement tenu cet automne en France.

Le BVP a ainsi adopté deux réformes importantes cette semaine. La première est la création d'un Conseil paritaire de la publicité qui sera composé, non seulement de membres de l'industrie, mais aussi de représentants de diverses parties prenantes, dont les ONG environnementalistes et les associations de consommateurs. Cet organe de dialogue et de concertation aura notamment pour mission de participer aux règles déontologiques et d'alerter le BVP sur tout sujet ou campagne pouvant poser problème.

La seconde réforme consiste en la création d'un Jury d'éthique publicitaire chargé de traiter les plaintes du public : lorsqu'une plainte sera retenue, le jury réclamera l'arrêt de la campagne et rendra publics les noms des marques, agences et/ou médias impliqués. De plus, le BVP devrait dorénavant être systématiquement consulté avant la diffusion de toute campagne publicitaire faisant appel à des arguments écologiques.

comments powered by Disqus