La référence des professionnels
des communications et du design

Entreprises, attention au "greenwashing"

Une étude menée par le programme EcoLogo indique que la plupart des produits de consommation exagèrent leurs attributs environnementaux. L'entreprise TerraChoice Environnemental Marketing, qui gère le programme national d'éco-étiquetage EcoLogo, a examiné plus de 1000 produits, allant du dentifrice au shampoing, en passant par les imprimantes, les peintures et les ampoules.

"Les produits examinés affichaient 1753 prétentions, et 99 % des prétentions commettaient au moins l'un des six péchés de 'lavage vert' [ou greenwashing]", déclare le président de TerraChoice, Scott McDougall.

Ces six "péchés", définis par TerraChoice, sont les suivants :

  1. Péché du compromis caché : cela concerne par exemple les appareils électroniques dits à "haute efficacité énergétique" qui contiennent par ailleurs des matières dangereuses. Cela représente 57% des prétentions environnementales examinées dans le cadre de l'étude.
  2. Péché d'absence de preuve : c'est le cas par exemple de shampoings qui se prétendent "agréés organiques" mais qui ne détiennent pas de preuve d'agrément vérifiable. 26% des prétentions environnementales s'étaient rendus coupables de ce péché.
  3. Péché d'imprécision : par exemple, certains produits se prétendent à 100% naturels, alors que l'on sait que de nombreuses substances naturelles sont nocives, comme l'arsenic et le formaldéhyde (11% des prétentions environnementales).
  4. Péché de non-pertinence : par exemple, des produits se prétendent libres de CFC, alors que ces substances sont interdites depuis 20 ans (4% des prétentions environnementales).
  5. Péché d'affabulation : quelques produits (1% des prétentions environnementales) prétendent de façon mensongère être agréés par un organisme environnemental international reconnu comme EcoLogo, Energy Star ou Green Seal.
  6. Péché du moindre de deux maux : comme par exemple les cigarettes faites de tabac organique ou les VUS hybrides.

"Les consommateurs sont assaillis de produits qui affichent des prétentions vertes, dit Scott McDougall. Certaines sont véridiques, agréées et vérifiables, alors que d'autres ne sont qu'affabulations dont le seul objectif est de vendre le produit."

Pour télécharger l'étude complète (en anglais), cliquer ici.

comments powered by Disqus