La référence des professionnels
des communications et du design

Les blogueurs font front commun face au CRTC

Deux semaines après l'évocation par le vice-président du CRTC d'une éventuelle réglementation d'Internet, l'inquiétude monte d'un cran chez les blogueurs.

Un groupe "Against CRTC regulate the Internet" a été lancé sur Facebook par le blogueur Pierre Côté, consultant Web. Il compte aujourd'hui 387 membres, issus du Québec et du Canada anglais.

Les plus virulents d'entre eux s'en prennent directement à l'Adisq. Roberto Rocha, journaliste et chroniqueur Web pour le quotidien The Gazette, fustige dans son blogue l'industrie et les créateurs québécois. Faisant référence à l'ouvrage "Qui a pris mon fromage?", le best-seller de Spencer Jonhson, il questionne la capacité des créateurs québécois à faire face au changement. 

"Les consommateurs ne continueront pas infiniment d'acheter des produits simplement parce que vous les leur proposez. Internet ne changera pas pour vous. Vous devrez changer pour Internet", écrit-il.

D'autres proposent des pistes de solutions. Michel Leblanc, consultant spécialisé en commerce électronique, explique que le CRTC se trompe de cible. Il suggère à l'industrie du disque de faire pression auprès du gouvernement fédéral pour qu'il incite les banques à trouver rapidement des solutions de paiements permettant aux mineurs d'acheter leur musique en ligne.

Il écrit: "Combien de jeunes de 14 ans ont une carte de débit? (...) Le commerce électronique devrait être mieux adapté pour le consommateur, notamment en matière de débit en ligne et de micropaiements."

L'affaire en laisse d'autres incrédules. "Je n'y crois pas une seconde", dit Sylvain Carle, consultant Internet. "C'est mettre beaucoup d'argent et d'énergie dans un cul-de-sac. Tous les moyens de contrôle technique déjà utilisés ailleurs ont été contournés."

Selon lui, le problème auquel est confrontée l'industrie de la musique est le même que celui qu'a connu l'industrie du logiciel il y a quelques années. "Les grands éditeurs de logiciels d'aujourd'hui ne sont pas les mêmes qu'il y a 10 ans. Ceux qui ont prospéré sont ceux qui ont su changer leur modèle d'affaires."

Allant encore plus loin, Martin Lessard pense que le CRTC va très certainement trouver moyen de se sortir de cette impasse en se servant des audiences. "Il va devoir admettre que c'est techniquement trop complexe. Internet est un monde régi par la demande, et le CRTC veut contrôler un monde d'offre."

comments powered by Disqus