La référence des professionnels
des communications et du design

Le livre se remet à la page

Dans notre univers high-tech en pleine mutation où les CD sont largués par l'iPod on aurait pu croire que le livre allait devenir un objet ringard, que nenni!

La technologie e-ink/e-paper, développée depuis une dizaine d'années au MIT est aujourd'hui actée et en phase d'industrialisation. Les nouveaux affichages en papier électronique qu'elle produit impactent les métiers du papier (édition, presse, affichage, packaging...).
Avec l'e-paper réinscriptible, actualisable et communicant c'est une nouvelle génération de livres qui va arriver sur le marché. Ce faisant, comme lorsque nos ancêtres passèrent de la pierre gravée aux rouleaux de papyrus et des parchemins aux livres de poche, un nouveau design va émerger, en rupture totale avec nos habitudes.
Il s'agit maintenant pour les professionnels d'adapter le livre à l'évolution des usages. Le livre du 21e siècle, pour l'heure baptisé reader ou livrel, est une fine tablette de lecture sur laquelle vous transportez toute votre bibliothèque.

Pour être utilisés par des lecteurs ces readers devront être à la fois utiles et utilisables. Apporter de réels plus par rapport au papier. Pas seulement au niveau logiciel, mais au niveau ergonomie aussi.
D'évidence, professionnels du livre et du design ont leur mot à dire, davantage que les constructeurs d'électronique.
La société française Bookeen (http://www.bookeen.com/) commercialise depuis fin octobre un tel reader: le Cybook 3e Génération.
Telecom Italia et Polymer Vision (spin off de Royal Philips Electronics) vont lancer en 2008 le Celular Book, mobile qui se déploie en triptyque pour lire son journal dans le métro, le train, l'avion... Un jour vous lirez comme vos aïeux sur unique feuille enroulable, mais avec les infos actualisées en permanence et les photos remplacées par des vidéos. Minority Report? Pensez-vous? Soit, car la réalité rattrape à grand pas l'imagination de Spielberg. L'édition e-paper lancée cet automne par le quotidien Les Échos  n'en est pas là, mais le pas est franchi et à la suite des early adopters c'est la troupe des digital natives, forcément de plus en plus nombreux, qui elle va foncer.
Multiples, les applications du e-paper soulèvent des vagues de créativité: le peintre Gilles Guias lance l'e-paper'art , Seiko conçoit des montres, Hitachi des affichages urbains, Fujitsu l'e-ink couleur, Sony vient de lancer son Portable Reader System 505 aux États-Unis et Amazon prépare le sien...
Pour le livre papier le compte à rebours a commencé.

Lorenzo Soccavo
Prospectiviste de l'édition
http://lorenzo.soccavo.free.fr/

comments powered by Disqus