La référence des professionnels
des communications et du design

Fumer sans danger!

Ça ressemble à une cigarette, ça s'utilise comme une cigarette, on dirait une cigarette mais ça n'a pas le gout d'une cigarette: voici Smoz!

Imaginez en 2008 un restaurant rempli de clients ripaillant et exerçant une activité cancérigène, c'est-à-dire fumer! Choquant n'est ce pas? Et pourtant pas une odeur de fumée ni même de souffre d'allumettes fraîchement grattées! Troublant n'est ce pas?

C'est peut être l'avenir des fumeurs qui se dessine dans les prochains mois avec ce produit commercialisé timidement début 2007 et qui passe un cap en devenant un vrai outil de communication. Alors à quoi ressemble Smoz? A première vue, à une cigarette et c'est là que le succès risque d'intervenir. En imaginant ce produit, les créateurs ont axé leurs recherches sur un facteur souvent négligé: la psychologie et non la substitution pour arrêter la dépendance. Composée de produits 100% naturels, Smoz joue sur le comportement, le réflexe et la gestuelle pour arrêter de fumer. La fausse cigarette ne s'allume pas, ne contient pas de nicotine et se décline à l'heure actuelle en 3 arômes: menthe douce, citron ou fraise.

Non seulement Smoz est un vrai produit intelligent, mais il a le potentiel de se décliner à volonté. Les choix de goût et le conditionnement sont multiples et peuvent s'adapter à la demande.

L'un des premiers à avoir tenté l'expérience de la fausse cigarette n'est autre que la société de casinos Lucien Barrière qui abrite en son sein des joueurs fumeurs invétérés qu'il faut garder à tout prix. Une Smoz a donc été dessinée aux couleurs du casino et distribuée aux participants d'un tournoi de poker.Les possibilités sont énormes: de la Smoz PMU, goût Fernet Branca à la Smoz Coca-Cola au packaging rouge en passant par une Smoz d'entreprise pour inciter ses employés à arrêter de fumer.

Après avoir tenté de faire arrêter les fumeurs, il va falloir s'accoutumer à les voir singer leurs anciennes habitudes... Marrant non?

comments powered by Disqus