La référence des professionnels
des communications et du design

L'église transformée en galerie

Cliquez ici pour voir toutes les photos

Dans cette ancienne église qui sera bientôt intégrée au nouveau pavillon du Musée des beaux-arts de Montréal, Pierre Thibault a installé les éléments de design qui mettent en valeur les pièces actuellement présentées.

Choisi par Jacques des Rochers, conservateur de l'art canadien au musée et commissaire de l'exposition, l'architecte a eu pour  mandat de mettre autant en valeur l'église Erskine and American que les oeuvres de l'exposition qui consiste en une centaine de peintures, sculptures, objets décoratifs, principalement issus des collections des Prêtres de Saint-Sulpice. En tenant compte des contraintes inhérentes au lieu (une vaste nef qui interdit tout accrochage), Pierre Thibault a conçu un large ruban continu qui se déroule sur le sol et qui, en s'élevant, crée des boîtes et des niches. De plus, il contient tous les supports, estrades et socles utiles à la présentation des pièces. Cette promenade permet au visiteur d'alterner entre deux échelles, celle des oeuvres avec lesquelles il peut se retrouver en intimité à l'intérieur du ruban. Puis, celle de la nef, qu'il retrouve dès qu'il sort du parcours. Elle offre une vision alors très différente de l'exposition.

La nef restaurée n'aura pas la vocation de recevoir d'autres expositions. Elle conservera son intégrité architecturale de style Arts & Crafts. Son intégration et la conception du nouveau pavillon ont été confiées aux architectes du bureau Provencher Roy.

En attendant le début des travaux (en 2008) et l'ouverture prévue en 2010, l'église devient le réceptacle temporaire d'un nombre significatif d'oeuvres et d'objets d'art dont plusieurs sont présentés au public pour la première fois.

comments powered by Disqus